Un journal montréalais célèbre le meurtre de civils

Elle est l’ “icône de sa génération” dont “nous saluons l’âme”, déclare à la une la rédaction de Sada al-Mashrek, un bimensuel arabe publié à Montréal.

Elle, c’est Achraqat Taha Qatanani, une Palestinienne de 16 ans, tuée le 22 novembre dernier, alors qu’elle s’apprêtait à poignarder une fille juive à un arrêt d’autobus.

Cette célébration du terrorisme palestinien dans une publication montréalaise intervient dans un contexte où, depuis plus d’un an, des Palestiniens radicalisés mènent une vague d’attaques au couteau , aux armes à feu et à la voiture-bélier prenant pour cibles des juifs israéliens, hommes, femmes et enfants.

L’un des plus sanglants de ces attentats a eu lieu le 18 novembre 2014 alors que deux Palestiniens ont fait irruption dans une synagogue à Jérusalem-Ouest, tué au hachoir 5 personnes et blessé 7 autres.

Cet automne, la fréquence de ces attentats s’est considérablement intensifiée,  alors que le Hamas et le Fatah ont ressuscité le canular islamiste accusant faussement les Juifs de vouloir détruire la mosquée Al-Aqsa, troisième lieu saint de l’islam. Du 13 septembre au 6 décembre 2015, les autorités israéliennes ont répertorié 89 attaques au couteau, 32 aux armes à feu et 14 à la voiture-bélier se traduisant par 22 morts et 215 blessés israéliens.

Screen Shot 2015-10-23 at 7.43.44 AM

Cette recrudescence du terrorisme palestinien se produit sur fond de propagande islamiste ancrée dans des hadiths (paroles attribuées à Mahomet) appelant à tuer les juifs jusqu’au dernier, comme cet imam de Gaza, couteau à la main, qui s’exclame: “Les soldats du prophète Mahomet sont là. Frères, voilà pourquoi nous nous souvenons aujourd’hui de ce qu’Allah a fait aux Juifs. Nous nous rappelons de qu’Il leur a fait à Khaybar (défaite militaire d’une tribu juive en Arabie au VIIe siècle)… Allah a amené les Juifs, Ses ennemis et les ennemis de l’humanité…”.

Ces attaques terroristes palestiniennes semblent aussi inspirer des attentats en Europe. Le 12 novembre dernier, un juif orthodoxe a été poignardé à Milan. Le 19 du même mois, quelques jours après les attentats du 13 novembre à Paris, un juif coiffé d’une kippa a été poignardé à Marseille par plusieurs agresseurs. Le 5 décembre dernier, un homme a poignardé 3 personnes dans le métro de Londres « pour la Syrie ».

C’est donc dans un contexte où le terrorisme islamiste anti-juif déborde d’Israël que la direction d’un journal communautaire montréalais célèbre à la une de son dernier numéro la vague actuelle de terrorisme palestinien.

Dans deux éditoriaux, l’un en français, l’autre en arabe, signés par la rédaction, le  Sada al-Mashrek, célèbre ces attentats comme une source d’espoir: “Ainsi le prénom d’Achraqat qui veut dire «elle brilla» suggère que le soleil palestinien va briller”, soutient la rédaction,”Certainement la jeune Palestinienne de 16 ans, Achraqat Taha Qatanani, est une icône de cette génération, qui est fière des réalisations de la résistance libanaise, qui refuse de se laisser emporter derrière les idées sectaires répugnantes et qui reste liée psychologiquement et intellectuellement à une direction capable de l’orienter vers la gloire et la victoire, même si elle dispose de moyens aussi modestes que les pierres”.

Dans la version arabe, il n’est pas seulement question de pierres, mais bien de “coups de couteau, de voitures-béliers et autres moyens modestes”.

La référence à la “résistance libanaise”, alias Hezbollah, organisation classée terroriste par le Canada et alliée du régime syrien, n’est pas fortuite. D’une part, le dirigeant de la milice islamiste chiite, Hassan Nasrallah, a rendu hommage sur son site officiel à la terroriste palestinienne et affirme avoir félicité son père du “martyre” de sa fille. D’autre part, la ligne éditoriale du Sada al-Mashrek reflète les positions officielles du Hezbollah et du Guide suprême du régime iranien.

Untitled1

Jour du souvenir des martyrs de la résistance libanaise

Le quotidien est domicilié au 3300 Crémazie Est, soit l’adresse du Centre culturel musulman de Montréal, une mosquée chiite qui célèbre annuellement le “Jour du souvenir des martyrs de la résistance libanaise”, alias Hezbollah.

Alors qu’il est beaucoup question d’auto-radicalisation individualisée depuis les multiples attentats djihadistes qui ont ensanglanté de nombreuses métropoles occidentales, cet éditorial du Sada al-Mashrek sert de rappel qu’il existe aussi des acteurs communautaires influents qui exposent leurs membres à une dangereuse rhétorique glorifiant des organisations terroristes et le meurtre de civils.



Categories: Islamisme

Tags: , , ,

2 replies

  1. Question:

    est-ce qu’il y a des journalistes que l’on dits sérieux, membres de la Fédération Professionnelle des Journalistes du Québec (FPJQ) qui travaillent au … Sada al-Mashrek ?

  2. Plusieurs choses.

    1- Y a-t-il encore des députés qui donnent des entrevues à cette publication extrémiste ? Si oui, il y a un problem dans le manque de jugement de certains…

    2- Que pense de tout ça le député de Québec Solidaire Amir Khadir que l’on vois dans une activité controversée de cette publication ?

    3- Est-ce que cette publication reçoit du financement de l’État ?

    4- La propagande haineuse est interdite par le code criminel canadien.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: