Israël-Palestiniens: nouvelles fabrications à Radio-Canada

Rien n’y fait. En 2013, l’ombudsman de Radio-Canada constatait dans son rapport annuel qu’il existe  “des problèmes bien réels dans la couverture du différend israélo-arabe à propos de la question palestinienne” et invitait le diffuseur public à “changer d’attitude à l’égard du conflit israélo-palestinien”.

Puis, le directeur général de l’information de Radio-Canada a présenté aux journalistes de nouvelles “lignes directrices” sur le conflit israélo-palestinien, leur rappelant notamment l’importance de respecter les faits et leur demandant d’éclairer l’actualité à la lumière de l’histoire du conflit, de changer de ton et de prendre en considération l’impact du contexte régional du Moyen-Orient sur les politiques israéliennes.

Et malgré cela, à chaque nouvelle crise entre Israël et les Palestiniens, Radio-Canada trouve le moyen de complètement déformer les faits, voire d’en créer de toute pièce.

Je reproduis ici ma dernière lettre à l’ombudsman de Radio-Canada à propos de la couverture bâclée de la vague de terrorisme palestinien en cours.

Montréal, le 9 octobre 2015

M. Pierre Tourangeau
Ombudsman
Services français
Radio-Canada
ombudsman@radio-canada.ca

Objet : couverture de la vague actuelle de terrorisme palestinien

Monsieur,

Le 30 septembre dernier, le Téléjournal de 8h00 et de 10h30 de RDI résumait ainsi les tensions et les violences des dernières semaines à Jérusalem :

« La police israélienne a arrêté quatre Palestiniens qui continuent de dénoncer la permission accordée aux juifs de venir prier sur l’Esplanade des mosquées ».

Cet énoncé est complètement faux et enfreint la valeur d’exactitude de l’information des Normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada.

Après la conquête israélienne en 1967 de la vieille ville de Jérusalem annexée par la Jordanie, les autorités israéliennes ont permis au waqf, institution islamique sous supervision jordanienne, de continuer à administrer le mont du Temple.

Depuis 1967, l’accès des non-musulmans au mont du Temple est strictement limité par les autorités israéliennes par déférence envers les sensibilités musulmanes, et ce, en dépit du fait qu’il s’agit du premier lieu saint du judaïsme et d’un lieu important pour les chrétiens. Loin de disputer le lieu saint à l’islam, l’État juif et ses forces de l’ordre veillent strictement et scrupuleusement à ce que le seul culte pratiqué sur le mont du Temple soit la religion musulmane.

  • Les non-musulmans ne peuvent y accéder que quelques heures par jour.
  • Les non-musulmans ne peuvent y accéder que par une porte réservée à leur usage, alors que les musulmans y accèdent par dix portes.
  • Les non-musulmans sont fouillés par la police israélienne pour prévenir la présence d’objets, de symboles et de livres cultuels non-islamiques.
  • La prière, le chant et toute autre manifestation religieuse non-islamique sont strictement interdits.
  • L’accès est fermé aux non-musulmans les vendredis (jour de prière musulmane en congrégation) et lors des jours saints islamiques.

Ces mesures sont toujours en place et des restrictions supplémentaires ont été imposées par le gouvernement israélien pour tenter de calmer les Palestiniens musulmans, notamment l’interdiction faite aux ministres et parlementaires juifs d’accéder au mont du Temple, qui a dans un second temps été étendue à tous sans égard pour leur religion.

Si ces dernières années, des groupes marginaux, certains pour des raisons religieuses, d’autres pour des motifs nationalistes, revendiquent un plus grand accès au mont du Temple, voire le droit d’y prier, il n’en demeure pas moins que le gouvernement israélien rejette fermement leurs demandes et qu’aucune « permission » ou tolérance n’a été accordée aux juifs pour y prier. Au contraire, le gouvernement israélien ne cesse de répéter qu’il n’a aucune intention de modifier le statu quo et agit clairement en ce sens.

Il incombe à Radio-Canada de corriger cette grave erreur et d’accorder autant de visibilité à ce rectificatif qu’à l’information fallacieuse diffusée sur ses ondes.

Le 5 octobre dernier, dans le cadre de l’émission « Midi Info », le journaliste François Brousseau a fourni ses explications sur la vague de terrorisme palestinien à Jérusalem et en Cisjordanie.

M. Brousseau explique le regain de violence palestinienne contre des civils à Jérusalem et en Cisjordanie du fait que le présent gouvernement israélien actuel n’offrirait aucun compromis ou espoir de paix aux Palestiniens.

De plus, prétend-il, le gouvernement israélien poursuivrait l’objectif de résoudre le conflit israélo-palestinien par la seule voie militaire : « Le gouvernement de Jérusalem n’est plus aujourd’hui un gouvernement du centre, du centre-gauche ou de centre-droite, comme à l’époque, disposé à négocier. Il n’y a plus en Israël de débat sur l’opportunité de faire des concessions sérieuses aux Palestiniens. Il n’y a plus de Yitzhak Rabin. En Israël, aujourd’hui, le gouvernement Nétanyahou, c’est trois ou quatre, trois…, Nétanyahou trois, il n’y a plus tellement de volonté ou d’espoir de compromis, le mot d’ordre, c’est il faut les battre, on va gagner cette guerre », affirme M. Brousseau. Et du côté palestinien, M. Brousseau affirme que Mahmoud Abbas n’est pas respecté et n’est pas écouté de son peuple et des jeunes Palestiniens « désespérés » qu’il ne contrôlerait pas.

Personne ne contestera que le gouvernement israélien actuel loge à droite de l’échiquier politique du pays. Or, jamais les gouvernements successifs dirigés par Benjamin Nétanyahou ont-ils intimé par les paroles ou les actions que la solution au conflit était militaire. Quant à la prétendue absence de débat en Israël sur la résolution diplomatique du conflit avec les Palestiniens, elle témoigne d’une profonde ignorance des réalités politiques israéliennes de la part de M. Brousseau. Et sans refaire dans le menu détail l’histoire des échecs successifs des négociations de paix, une analyse honnête de l’impasse diplomatique actuelle devrait se garder de ne blâmer qu’une seule des deux parties au conflit comme le fait M. Brousseau.

Il est vrai que M. Abbas, qui accomplira cette année sa sixième année de présidence sans mandat électoral, n’est pas très populaire auprès de son peuple. Or, il est faux de prétendre que le contrôle de la Cisjordanie lui échappe. L’Autorité palestinienne réprime durement les manifestations populaires d’opposition à sa gouvernance, de même que les membres du Hamas. Mais au-delà de ces considérations, il est indéniable que M. Abbas, l’Autorité palestinienne, le Fatah et les médias palestiniens qu’ils contrôlent incitent les Palestiniens à la violence en prétendant faussement que la mosquée al-Aqsa est « assiégée », « souillée » et mise en péril par les juifs israéliens.

Pour ne citer qu’un exemple parmi d’autres, le 16 septembre dernier, M. Abbas déclarait à la télévision officielle palestinienne: « Every drop of blood that has been spilled in Jerusalem is holy blood as long as it was for Allah. Every Martyr (Shahid) will reach Paradise, and everyone wounded will be rewarded, Allah willing (…) The Al-Aqsa [Mosque] is ours, and they [les juifs] have no right to defile it with their filthy feet. We will not allow them to, and we will do everything in our power to protect Jerusalem ». Ces propos ont été rapportés le lendemain à la une du quotidien officiel de l’Autorité palestinienne, Al-Hayat Al-Jadida et ont été critiqués par le Secrétaire général de l’ONU. Or, M. Brousseau n’a pas un mot à dire sur l’incitation vérifiable des dirigeants palestiniens qui brandissent la fausse menace que ferait peser Israël sur la mosquée Al-Aqsa.

Pire encore que cette omission, M. Brousseau déforme les événements, en invente de toutes pièces et prête foi aux fausses menaces évoquées par les dirigeants palestiniens.

M. Brousseau parle de « provocation suprême » israélienne en prétendant que des soldats israéliens auraient été filmés en train d’escalader « une mosquée » sur le mont du Temple, le Dôme du Rocher (lequel, incidemment n’est pas une mosquée).

Ces policiers israéliens n'ont pas

Ces policiers israéliens n’ont pas “escaladé” le Dôme du Rocher

Une telle action israélienne aurait provoqué un retentissement considérable dans le monde musulman et suscité la critique en Israël même. Or, je n’ai trouvé aucune mention d’un pareil incident dans la presse israélienne ou étrangère. Toutefois, j’ai découvert un reportage de Russia Today datant du 5 novembre 2014 où apparaissent des agents de la police frontalière israélienne au bord de l’esplanade avec le Dôme du Rocher en arrière-plan. On distingue aussi une échelle appuyée sur la coupole du sanctuaire musulman. Or quiconque connait les lieux voit bien que ces policiers se trouvent à plusieurs dizaines de mètres du Dôme lui-même. Si ce sont ces images que M. Brousseau a interprétées comme l’escalade d’une mosquée par des soldats israéliens, il fait preuve d’un manque de rigueur journalistique absolument inacceptable.

M. Brousseau accuse aussi Israël de ne plus respecter le droit de prière des musulmans sur le mont du Temple. « L’esplanade des mosquées, qui est aussi le mont du Temple pour les juifs, ça a toujours été un lieu de haute tension, avec un contrôle israélien très stricte sur l’accès au lieu, mais un respect quand même minimal du droit de prier pour les musulmans de prier. C’était encore la règle, il y avait quand même un modus vivendi ».

Or comme, je l’ai souligné plus haut, si l’accès au mont du Temple est contrôlé strictement par Israël, c’est pour assurer qu’il ne serve de lieu de culte qu’exclusivement à la foi musulmane.

Abstraction faite de restrictions temporaires en raison de violences sur les lieux, l’accès et le droit de prière des musulmans ne fait l’objet d’aucune limitation et est entièrement respecté par Israël. Question d’illustrer l’autonomie du waqf islamique dans l’administration du mont du Temple, il convient de rappeler que de 1996 à 1999, celui-ci a pu entreprendre des excavations sur le mont du Temple pour y construire une nouvelle mosquée, détruisant de multiples couches de vestiges archéologiques. Le respect israélien pour le culte musulman sur le mont du Temple est tout sauf minimal. Selon des statistiques du gouvernement israélien, il y a eu dans l’année en cours 4 millions entrées de musulmans, 200 000 entrées de chrétiens et seulement 12 000 entrées par des juifs. Le statu quo n’est clairement pas en péril.

M. Brousseau affirme aussi que selon des Palestiniens la police israélienne aurait ouvert le feu dans la mosquée d’Al-Aqsa. Je n’ai pu trouver aucune confirmation de ce qu’avance le journaliste de Radio-Canada. Et même si c’était le cas, il reste qu’à aucun moment M. Brousseau explique que la police israélienne a dû intervenir sur le mont du Temple parce que des Palestiniens entreposaient pierres et explosifs dans la mosquée destinés à attaquer des visiteurs juifs ou encore parce que des Palestiniens s’étaient barricadés dans la mosquée depuis laquelle ils lançaient pierres et explosifs sur les forces de l’ordre. De toute évidence, M. Brousseau pèche par omission et ouï-dire.

M. Brousseau prétend aussi que la police israélienne a pour modus operandi d’abattre les suspects d’actes terroristes. A propos Muhannad Halabi qui, le 3 octobre, avait poignardé quatre Israéliens à Jérusalem, tuant deux d’entre eux, M. Brousseau dit : « Le coupable a été tué par la police immédiatement, c’est la méthode habituelle ».

Or, ce qu’omet de préciser M. Brousseau, c’est que le terroriste était encore armé et dangereux et faisait feu sur des passants lorsqu’il a été abattu. Ironiquement, le jour même où M. Brousseau lançait son accusation gratuite, Israël arrêtait les suspects de l’attentat meurtrier contre un couple israélien survenu quelques jours plus tôt. Comme toutes les forces de l’ordre, la police israélienne doit adapter ses actions au contexte particulier de chacune de ses interventions en prenant en considération la sécurité du public. On peut certainement citer au moins autant de cas où les forces de l’ordre israéliennes ont appréhendé les auteurs d’actes terroristes que de cas où des terroristes ont été abattus.

Cette analyse de M. Brousseau est une litanie d’approximations, de demi-vérités, de fictions entières et de persiflage calomnieux dont l’objectif évident est de blanchir les dirigeants palestiniens de toute responsabilité et de faire porter à Israël tout l’odieux pour la recrudescence du terrorisme palestinien. De ce fait, cette intervention de M. Brousseau enfreint les valeurs d’exactitude, d’équilibre et d’impartialité des Normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada et fait fi des lignes directrices récemment émises par le directeur général de l’information.

Je me permets, enfin, de vous adresser des remarques d’ordre général sur le traitement de la violence liée au mont du Temple.

Mont du temple/Esplanade des mosquées

Comme la plupart des médias francophones, Radio-Canada privilégie l’expression « esplanade des mosquées » pour se référer au lieu saint.

D’invention médiatique française récente, l’expression « esplanade des mosquées » fait sa première apparition, selon mes recherches dans la banque de données Eurêka, dans Le Monde du 12 septembre 1967, sans majuscule, pour ne réapparaitre qu’en 1980, date à partir de laquelle elle fera l’objet d’un usage croissant, puis systématique dans les médias français et francophones, supplantant la toponymie occidentale traditionnelle, le mont du Temple.

Cette néo-toponymie médiatique porte à confusion et privilégie l’importance du lieu dans l’islam au détriment de sa signification dans le judaïsme. Elle inspire aussi de manière récurrente sur les ondes de Radio-Canada cet énoncé insensé « l’esplanade des mosquées, le troisième lieu saint de l’islam et le site le plus sacré pour les juifs ».

Qui plus est, les musulmans n’appellent pas ce le lieu « esplanade des mosquées », mais Al-Haram Al-Sharif ou « noble sanctuaire ».

Je note que la BBC, pour ne pas privilégier le lien d’une religion sur l’autre, utilise assez systématiquement les expressions « Temple Mount/Haram al-Sharif/, Temple Mount/Noble Sanctuary, Temple Mount/Aqsa Mosque compound».

Le contexte historique

 Dans ses « lignes directrices » pour la couverture du conflit israélo-palestinien, le directeur général de l’information de Radio-Canada, M. Michel Cormier, affirme que « plus nous rappelons le contexte historique des événements que nous couvrons plus nous donnons à notre public des points de repère pour mieux en comprendre le sens ».

Les accusations palestiniennes voulant que les juifs ou Israël cherchent à s’approprier la mosquée d’Al-Aqsa se prêtent justement à une remise en contexte historique. Au mois d’août de 1929, des sermons d’imams palestiniens commencèrent à propager la fausse rumeur que les juifs s’apprêtaient à s’approprier la mosquée d’Al-Aqsa. Des émeutes arabes éclatèrent donnant lieu à des agressions contre les juifs de Jérusalem et culminant les 23 et 24 août dans le massacre de Hébron où 67 juifs furent assassinés par des Arabes palestiniens. Depuis, et au mépris des faits, ces accusations sont régulièrement répétées par des dirigeants et des leaders religieux palestiniens, arabes et musulmans pour inciter leurs publics contre Israël et les juifs.

Sincères salutations,

David Ouellette
Directeur associé, affaires publiques (Québec)
Le Centre consultatif des relations juives et israéliennes



Categories: Médias

Tags:

9 replies

  1. Ca continue A radio Canada..
    Dans le titre Qui peut est minsitre au Parti Liberal…Voici ce qu on a marque

    “L’ex-maire de Côte-Saint-Luc, Anthony Housefather, de confession juive, pourrait lui aussi faire son entrée au Cabinet. ”

    Pourquoi Marque cela…Qu est ce que ca avoir sa confession…C’est le seule qu il ont marque la confession…

  2. MR OUELLET
    Toute la Journee j’ai voulu ecrire un commentaire dans Radio canada
    “Un migrant érythréen tué par erreur lors d’une attaque en Israël”
    J’ai voulu demande pourquoi on ne met la photo du jeune soldat israelien abbatu..
    ON M’A BLOQUE TOUS MES MESSAGES..
    mais LA NETIQUETTE A LAISSER PASSER TOUS LES MESSAGES CERTAIN ANTISEMITE

    Je trouve cela degoutant..

  3. Maintenant la netiquette laisse passer toutes les commentaire Antisemite aujourd’hui..et tu essaie d ecrire quelque chose on bloque…voila la democratie et la liberte d expression a radio canada palestine

  4. encore toute la journes d’aujourd hui Radio Canada a denigre israel…c’est degoutant ,

  5. Mr Quellette , Que voulez vous , Radio Canada veut detruire tous ce qu’il ne supporte pas…il detourne , mente de facon sournois , ne font aucune verification , emmene des gens de gauche a chaque reprise pour parler d’israel..
    Durant notre compagne federal , Harper si il perd…La Cause Principale ..Radio Canada/Cbc ..Il tourne Harper comme un monstre , il utilise les mots comme Menace et bien d’autre quand il parle de lui et trudeau , il disent d’une facon sournois de voter pour lui…Voter strategique …
    JE SUIS Degoute Du Journalisme a Radio Canada

  6. M. Brousseau devrait être remercier sur le champs.

    Induire les auditeurs de Radio-Canada en erreur coûte une fortune aux contribuables québécois et canadiens.

  7. RadioCanada a la meme credibilte qu’une feuille de choux d’étudiants gauchistes à l’UQAM.

  8. Il faut être optimiste pour penser que la société d’État saura s’amender sur une question aussi complexe et aussi chargée émotionnellement que la question palestinienne. Il faut lire l’ombudsman pour comprendre comment, malgré les plaintes et malgré les revisions, Radio-Canada est incapable de se corriger sur une question aussi simple que la météo!

    « La présentation au public de l’indice de refroidissement éolien dans les segments météo de Radio-Canada enfreint souvent et régulièrement la valeur d’exactitude des Normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada. »
    http://www.ombudsman.cbc.radio-canada.ca/fr/revision-des-plaintes/2015/meteo-des-faits-s-il-vous-plait-pas-du-vent-toutes-plateformes-ici-radio-canada/

    J’admire votre détermination David, même si la bataille pour un traitement équitable semble être perdue d’avance. Et je n’ose pas imaginer ce que seraient les reportages de Radio-Canada sans vos remises à l’ordre régulières.

  9. Ce n’est pour rien que les interventions pro-Israéliennes dans le site RDI sont acceptée a compte gouttes et celle anti-Israelienne a profusion .

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: