Le pragmatisme d’Israël (réplique au Devoir et à Charles Enderlin)

Lettre envoyée au Devoir en réponse à l’article de Claude Lévesque intitulé “Le messianisme s’est emparé d’Israël, selon le journaliste Charles Enderlin“.

Le pragmatisme israélien demeure sans réponse palestinienne

N’en déplaise à Charles Enderlin, le triomphe d’un prétendu messianisme juif en Israël est davantage le reflet de son besoin de s’inventer un coupable désigné pour l’échec du processus de paix israélo-palestinien que de la réalité sociopolitique israélienne.

S’il est vrai qu’il existe un courant national-religieux en Israël, minoritaire même chez les « colons » dont la majorité est attirée par les implantations pour le coût avantageux du logement, celui-ci est loin de s’être emparé de la société ou des politiques israéliennes.

Depuis Camp David en 2000, Israël a offert à maintes reprises aux Palestiniens une souveraineté partagée sur la ville trois fois sainte de Jérusalem. De plus, ces plans de paix renoncent même à la souveraineté israélienne sur le lieu le plus sacré du judaïsme, le Mont du Temple, pour offrir aux Palestiniens le contrôle exclusif de la Mosquée Al-Aqsa et du Dôme du Rocher.

De même, ces plans de paix renoncent également à toutes les implantations israéliennes situées dans des localités significatives sur le plan religieux et historique, pour ne conserver que des implantations à caractère stratégique, moyennant des compensations territoriales. Bon an, mal an, les sondages démontrent que l’immense majorité des Israéliens appuient le retrait de Cisjordanie en échange d’un accord de paix et de sécurité avec les Palestiniens.

Or, tandis qu’Israël se montre pragmatiquement résigné à abandonner des lieux centraux à une identité juive plurimillénaire en échange de la paix, les dirigeants palestiniens continuent de nier tout lien historique du peuple juif avec Jérusalem et à insister sur un « droit de retour » qui détruirait démographiquement l’État juif.

Curieusement, Monsieur Enderlin a peu à dire sur les raisons du rejet palestinien de tous les plans de paix fondés sur la solution des deux États pour deux peuples. Il lui est sans doute plus aisé de s’expliquer l’impasse par des théories fantasques que d’affronter l’implacable réalité du refus palestinien de se réconcilier à la légitimité d’un État juif dans la terre ancestrale du peuple juif.



Categories: Antisionisme, Médias

Tags:

4 replies

  1. Excellente mise au point David!

  2. Le courant dit national-religieux en Israël, est minoritaire, même chez les « colons ». Cela devrait pourtant nous éclairer. Eh bien non. Les théories du complot foisonnent dans la tête de Charles Enderlin et se mettent à grenouiller dans les médias pour nous convaincre qu’il existe une “Vérité” que l’on nous cache…

    Cette “Vérité” est reçu dans les médias officielles sans aucune discussion. Sans aucune critique. Personne ne conteste aucune “virgule” de son livre. Bizarre non !

    Messieurs et mesdames les journalistes, un peu d’effort quand même !

    Jason

  3. Lettre formidable de vérité. Merci! Il devient de plus en plus évident qu’Israël ne gagne rien à accepter de céder les terres ancestrales des Juifs. La haine des Juifs est si puissante du côté des Arabes et de leurs alliés complaidants qu’elle aveugle la raison et la logique.

  4. Merci David pour un travail courageux. Ne pas aboyer avec les loups je le sais n’est pas facile.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: