“Contraception forcée” en Israël: Radio-Canada se “corrige”


Il est regrettable qu’un mois après la diffusion d’informations aussi erronées que calomnieuses, Radio-Canada présente les sources fautives d’une journaliste et des sources aux informations exactes et complètes comme deux « visions » crédibles d’une même affaire. Le public de Radio-Canada est en droit de s’attendre à des corrections claires et sans ambiguïté d’erreurs aussi graves. Une fois encore, Radio-Canada déçoit.

Le 5 mars dernier, la journaliste de Radio-Canada Khady Beye rapportait sur les ondes de “Médium large” qu’Israël avait forcé à leur insu des Éthiopiennes israéliennes à recevoir des contraceptifs de longue durée. Dans une lettre envoyée à Radio-Canada le jour même, le Centre consultatif des relations juives et israéliennes demandait que l’émission apporte une correction dans les meilleurs délais, puisque leur journaliste avait rapporté des allégations démenties comme des faits avérés.

Le 1er avril dernier, la Premier chef de contenu de la Première chaîne de Radio-Canada, Mme Sylvie Julien, nous a répondu que la journaliste s’était appuyée sur des sources respectées (Le PointJeune AfriqueSlate AfriqueTimes of Israel) qu’elle n’avait pourtant pas citées en ondes. Ayant pris connaissance d’articles présentés par le Centre qui citaient les démentis des autorités israéliennes et de représentants de la communauté israélo-éthiopienne (Associated Press, BBC, London Telegraph, The Montreal Gazette, Ha’aretz, Times of Israel), l’émission avait ajouté sur sa page web des liens vers certains de ces articles, sans toutefois apporter de précisions ou regretter que leur journaliste avait rapporté des allégations controversées comme des faits véridiques.

Le Centre a répondu à Mme Julien qu’à défaut de présenter des corrections en ondes, Radio-Canada ferait fi de sa propre politique de correction des erreurs qui stipule que « Dans le respect des principes d’exactitude, d’intégrité et d’équité, nous n’hésitons pas à corriger une erreur importante lorsque nous avons pu établir qu’elle a été commise. » Le lendemain, Mme Julien nous informait que l’émission apporterait des “précisions” en ondes.

Le 4 avril, l’émission “Médium large” a publié des précisions sur sa page web et Khady Beye s’est expliquée en ondes en ces termes:

Catherine Perrin: Vous avez rapporté des articles qui alléguaient que le gouvernement israélien aurait autorisé l’injection d’un contraceptif à des femmes éthiopiennes à leur insu.

Khady Beye : Oui…J’avais évoqué notamment les articles qui avait été publiés par Le PointSlate Afrique et Jeune Afrique qui avaient rapporté ces allégations mais il y a aussi des articles qui ont été publiés qui évoquent, eux, une autre vision de cette situation. Selon, entre autres, l’agence de presse Reuters, la BBC, et le site Israel Info, les autorités israéliennes auraient nié avoir mis en place des politiques visant à contrôler le taux de naissance chez les femmes immigrante éthiopiennes  et la BBC rapporte d’ailleurs qu’Israël aurait l’intention de créer un comité d’enquête composé  de responsables du ministère de la Santé, d’un médecin indépendant et d’un représentant de la communauté israélo-éthiopienne afin de confirmer que la politique de contraception forcée n’avait jamais eu lieu.

Or, Mme Beye n’a jamais dit lors de l’émission du 5 mars sur quelles sources elle s’appuyait ou que ses sources alléguaient que le gouvernement israélien avait imposé à leur insu l’administration de contraceptifs de longue durée à des Israéliennes. Elle a, sans égard ou compréhension pour les informations exactes et complètes relayées par des agences de presse et des publications de renom,  rapporté de fausses informations Voici, pour rappel, ce qu’a dit Mme Beye:

Depuis huit ans, le gouvernement israélien obligeait des femmes originaires d’Éthiopie arrivées en Israël à prendre une injection d’un contraceptif de longue durée. Et, au bout de quelques années, ils se sont rendus compte que le taux de fertilité de ces femmes-là était extrêmement bas et elles ne comprenaient pas pourquoi, parce que la plupart d’entre elles disaient que lorsqu’elles arrivaient, on leur disait que c’était un vaccin, alors qu’en réalité c’était un contraceptif de longue durée.

En outre, l’article du Point sur lequel s’est appuyée Mme Beye faisait explicitement référence aux démentis israéliens. Mme Beye semble plutôt n’avoir retenu que les articles de Slate Afrique et de Jeune Afrique qui prétendaient faussement qu’il existait une politique de contraception forcée et que le ministère de la Santé israélien en avait reconnu l’existence.

Il est regrettable qu’un mois après la diffusion d’informations aussi erronées que calomnieuses, Radio-Canada présente les sources fautives de Mme Beye et des sources aux informations exactes et complètes comme deux “visions” crédibles d’une même affaire. Le public de Radio-Canada est en droit de s’attendre à des corrections claires et sans ambiguïté d’erreurs aussi graves. Une fois encore, Radio-Canada déçoit.



Categories: Médias

Tags: , , , , ,

4 replies

  1. Si l’erreur est de bonne foi, il ne devrait pas leur être difficile de la reconnaitre. Et pourtant, ils s’imaginent mieux protéger leur crédibilité en multipliant les faux-fuyants ridicules qu’en faisant amende honorable. Comment, dans ces circonstances, ne pas soupçonner Radio-Canada de mauvaise foi et de parti pris ?

  2. Radio-Canada ne semble pas vraiment savoir s’il y a “contraception forcée” en Israël.

    Ils ne savent pas avec exactitude. Bizarre.

    Jason

  3. Ce que l’on veut vraiment savoir, ce n’est pas d’exposer les “différents points de vue” en cause dans cette affaire, c’est la véracité des faits. Encore là, la Société Radio-Canada fait fausse route pour éclairer le public.

    La VRAI question c’est: existe-t-il oui OU non une “contraception forcée” en Israël ?

    Oui OU non ? C’est l’un OU l’autre.

    C’est ce qu’on appelle tourner autour du pot dans des circonvolution de langue de bois “à la Radio-Canada”…

    Jason

    • Il n’y a aucune contraception forcée en Israël. Venez voir par vous même, vous serez surpris par le nombre de jeunes femmes enceintes et par le nombre de bébés dans les poussettes. Je comprends qu’en théorie on puisse se poser ce genre de question, mais n’est pas obscène d’accuser un peuple qui a perdu la moitié de sa population dans la shoah et les pogroms en tout genre (y compris dans les pays musulmans) de forcer qui que ce soit a subir une contraception non voulue? Israël est une démocratie, une vraie et les enfants, quelque soit leur couleur de peau sont les bienvenus. Les Ethiopiens ont vécu des choses terribles en Ethiopie. Ils sont maintenant israéliens et fiers de l’être et nous sommes fiers qu;ils soient nos concitoyens: Faites un tour sur ,mon blog, vous verrez ce qu’est la vie quotidienne ici http://bokertovyerushalayim.wordpress.com/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: