Le mythe de l’isolement du Canada

indexLe Canada s’isole sur la scène internationale. C’est le mantra qu’entonnent à l’unisson les journalistes critiques de la politique étrangère canadienne, qu’il s’agisse du “soutien inconditionnel” à Israël ou, ces jours-ci, du retrait du Canada d’une bureaucratie onusienne. N’en déplaise aux journalistes qui fredonnent cet air chaque fois que le gouvernement pose un geste qui ne leur plait pas, on cherchera en vain des signes de détérioration du statut du Canada dans le monde. L’isolement du pays, dirait-on, ne dépasse pas ses propres frontières.

Oh, me rétorquera-t-on, le Canada n’a pas obtenu de siège temporaire au Conseil de sécurité de l’ONU à cause de son soutien à Israël. Faux, le Canada n’a pas remporté son siège en raison du fait qu’il était en lice, situation inédite, contre deux pays européens, l’Allemagne et le Portugal, que l’Union européenne a voté en bloc et que le Brésil a fait un lobbying efficace pour son confrère lusophone. Or, même si on acceptait que son soutien à Israël a coûté au Canada son siège, l’ascendant d’un État au sein de l’ONU n’est pas une mesure de son statut ou de son influence réels sur l’échiquier international. A ce compte-là, l’Iran, Cuba, la Libye et le Zimbabwe seraient tous des superpuissances admirées du monde entier!

Il est compréhensible que certains Canadiens et Québécois sont nostalgiques de l’époque où le pays était un membre modèle de l’ONU qui jamais ne remettait en question la transparence, la pertinence ou la politisation extrême de ses institutions au service de régimes autoritaires, dictatoriaux et criminels. Je pense notamment au Conseil des droits de l’homme qui sert de tribunal permanent d’Israël sous l’égide des pires transgresseurs des droits fondamentaux de la personne. D’autres, encore, considèrent comme un acte de lèse-majesté toute affirmation de souveraineté nationale qui contrarierait leur utopie de gouvernance délibérative mondialisée sous l’égide des Nations unies.

Mais ce que tous oublient, consciemment ou non, est que la véritable puissance d’un État ne s’établit pas dans les augustes cénacles de la diplomatie onusienne, mais sur le terrain du poids économique, des alliances militaires et des relations bilatérales entretenues avec les puissances du monde. Et à ce chapitre, on peut difficilement soutenir que l’onzième économie du monde et l’allié des principales puissances occidentales soit perçu comme un irritant. Il y a, bien entendu, des exceptions. Le Canada n’est pas en odeur de sainteté auprès du régime des ayatollahs, et certaines voix stridentes, comme celle de la politicienne palestinienne Hanan Ashrawi, à laquelle Radio-Canada a récemment offert une tribune libre pour clouer au pilori la politique étrangère canadienne. Ironiquement, alors que Mme Ashrawi se croit en droit de donner des leçons au Canada, son ONG Miftah a été contrainte de s’excuser, hier, pour avoir soutenu que les Juifs utilisent du sang chrétien dans leurs rituels religieux.

Autre ironie, alors que le panurgisme médiatique remâche le lieu commun voulant que son soutien à Israël prive le Canada de crédibilité et d’influence dans le monde arabe, le chef de la diplomatie canadienne, John Baird, est reçu chaleureusement, ces jours-ci, dans des capitales arabes. En Jordanie, où il a été accueilli par le Roi Abdallah, Baird a offert 13 millions de dollars pour assister le royaume qui peine à prendre en charge 470 000 réfugiés syriens sur son territoire. Pour la petite nation de 6 millions d’habitants, la présence massive de réfugiés syriens est un lourd fardeau économique qui comporte un inquiétant potentiel déstabilisateur. Il s’agit là d’une contribution importante à l’enjeu sécuritaire de l’heure pour les États de la région: éviter que le conflit syrien ne déborde de ses frontières. En Irak, Baird a été reçu par le premier ministre al-Maliki et a annoncé la réouverture d’une mission diplomatique à Bagdad. Sa visite aux Émirats arabes unis aura permis de réparer le contentieux des frais d’atterrissage de la ligne aérienne du pays, tandis qu’au Qatar, le ministre canadien s’est entretenu avec l’Émir bin Jassim bin Jabr Al-Thani de commerce et de sécurité régionale, le Qatar étant l’un des principaux piliers de la rébellion syrienne. Baird terminera son voyage en rencontrant les dirigeants israéliens et palestiniens. On s’attend à ce qu’il reprenne le message d’Obama sur la nécessité d’une résolution négociée du conflit et je ne serais pas étonné si le gouvernement canadien renouvelait son assistance à l’Autorité palestinienne. Loin d’être un pariah, le Canada est reçu dans la région comme un joueur de bon aloi qui a des contributions importantes à faire en matière de sécurité et de prospérité économique.

Qu’on ne s’y méprenne pas. Je ne me fais pas l’avocat du gouvernement conservateur. On peut légitimement exprimer son désaccord avec ses politiques, qui comme celles de tout gouvernement, ne feront jamais l’unanimité. Ça s’appelle la démocratie. Mais le débat sur la politique étrangère du Canada gagnerait en pertinence sans toute cette rhétorique autour du prétendu déclin du Canada sur la scène internationale.



Categories: Diplomatie, Moyen-Orient

3 replies

  1. Voici les 11 reglement de radio canada du conflit entre israel et les palestinien
    Règle numéro 1: Au Proche Orient, ce sont toujours les « colons sionistes d’extrême droite » qui attaquent les premiers et ce sont toujours les pauvres victimes (femmes et enfants) palestiniens qui souffrent le plus malgré les représailles du Hamas ou d’un autre mouvement. Cela s’appelle de la résistance.

    Règle numéro 2: Les juifs, sionistes ou simplement israéliens n’ont pas le droit de se défendre contre le tir incessant de roquettes lancés sur des cibles civiles. L’Etat d’Israël qui se défend, cela s’appelle un crime de guerre.

    Règle numéro 3: Le Hamas ou le Hezbollah a le droit de tuer les civils israélien. Cela s’appelle de la résistance face à une force d’occupation.

    Règle numéro 4: Quand le Hamas tue trop de civils israéliens, les puissances occidentales appellent Israël à la retenue. Cela s’appelle la réaction de la communauté internationale.

    Règle numéro 5: Les israéliens n’ont pas le droit de capturer des terroristes, même si leur nombre est très limité et est justifié par des accusations vérifiées. C’est d’autant plus interdit que les prisons israéliennes sont des prisons « 4 étoiles », avec TV par satellite, journaux, nourriture Hallal, imam, droit de visite quotidien, médecin, croix-rouge, activités organisées par l’ONU, etc…

    Règle numéro 6: Les Palestiniens ont le droit d’enlever, de torturer, de laisser sans nouvelle un israélien sans que la communauté internationale ne pipe mot. Même sans droit de visite de la Crois-Rouge, personne n’haussera le ton. Pas plus quand il s’agira d’échanger 1 otage contre 1.000 terroristes.

    Règle numéro 7: Quand vous dites “Cisjordanie”, il faut toujours rajouter l’expression « colons extrémistes anti-arabes et ultra-violents ».

    Règle numéro 8: Quand vous dites “Hamas” ou « Hezbollah », il ne faut surtout pas rajouter après: « soutenu par la Syrie, l’Iran ou les Frères Musulmans», car on pourrait croire qu’il s’agit d’un conflit déséquilibré.

    Règle numéro 9: Ne jamais parler de “Judée-Samarie“, d’initiative de paix, de négociations directes, d’échange économique, d’aide à la population organisée par Israël, d’innovation, d’amour dans le judaïsme, ni des conventions de Genève (droit du prisonnier par exemple). Cela risque de perturber le téléspectateur, le lecteur et l’auditeur.

    Règle numéro 10: Les arabes parlent mieux le français que les israéliens. C’est ce qui explique qu’on leur donne, ainsi qu’à leurs partisans, aussi souvent que possible la parole. Ainsi, ils peuvent nous expliquer les règles précédentes (de 1 à 9). Cela s’appelle de la neutralité journalistique.

    Règle numéro 11: Si vous n’êtes pas d’accord avec ces règles ou si vous trouvez qu’elles favorisent une partie dans le conflit contre une autre, c’est que vous êtes un dangereux sioniste, que vous dominez très certainement le monde, que vous travaillez dans les médias, la finance, la politique, la médecine ou le droit. Si vous êtes ainsi c’est aussi certainement parce que vous avez un gros nez et que vous parlez tout le temps de la Shoah. Et lorsque vous allez à la synagogue sioniste, c’est uniquement pour parler de la meilleure méthode pour dominer le monde.

  2. Voila L’article de radio Canada..
    les garçons auraient été tués par des tirs israéliens alors qu’ils lançaient des pierres vers un barrage routier militaire, près de la ville de Tulkarem. Il y aurait également un blessé.

    Voila le meme article dans AFP
    http://www.dhnet.be/breaking_news.phtml?id=459845&source=afp&status=3

    Pourquoi radio Canada a change le Mot de cocktail Molotov a Pierre.

  3. Merci Mr Ouellette Pour votre travaille….
    Mais je ne sais plus quoi dire et ecrire et faire a radio Canada , Toutes les informations sont fausse est inexacte ..C’est pratqiuement de la propagande sans cesse contre Israel.
    Je ne comprend pas pourquoi toute cette Haine….

    Encore Aujourd’hui…
    Selon des sources médicales et palestiniennes, les garçons auraient été tués par des tirs israéliens alors qu’ils lançaient des pierres vers un barrage routier militaire, près de la ville de Tulkarem. Il y aurait également un blessé…

    La verite est bien autre que cela…
    les adolescents n’ont pas été tué parce qu’ils jetaient des pierres puisqu’ils lançaient des bouteilles incendiaires lesquelles en explosant transforment toute personne touchée en torche vivante.

    Par la suite…C’est ecris plus loin

    Il s’agissait des premiers raids de l’armée israélienne sur Gaza depuis la conclusion d’un cessez-le-feu, en novembre dernier, survenue après plus d’une semaine d’affrontements meurtriers..

    On n’a pas dit que le cessez le feu a ete brise Par les Roquettes qui ont ete lance sur Sderot et depuis Israel a lancez un represaille…

    La maniere c’est ecris ca lasse supposer que c’est israel qui a brise le cessez le feu…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: