Déformation grossière d’une controverse israélienne – Réplique à Radio-Canada

Yityish (Titi) Aynaw

Yityish Titi Aynaw, Miss Israël 2013

 

Mise à jour (2 avril 2013):

Dans la foulée de ma réplique, hier, à Radio-Canada, Madame Sylvie Julien, Premier chef de contenu de la Première chaîne de Radio-Canada, m’informe aujourd’hui que « l’équipe de Catherine Perrin apportera prochainement en ondes des précisions sur la chronique de Kady Beye diffusée le 5 mars dernier dans le cadre de l’émission ‘Médium large’ ». Nous les écouterons attentivement.

Montréal, le 1er avril 2013

Madame Sylvie Julien
Premier chef de contenu de la Première chaîne
Radio-Canada

Objet : Allégations de contraception imposée aux Éthiopiennes israéliennes présentées comme faits avérés à « Medium large »

Madame Julien,

Le 5 mars dernier, à l’émission« Medium large », la recherchiste de Radio-Canada International Khady Beye présentait comme des faits avérés des allégations controversées de contraception imposée à des Israéliennes d’origine éthiopienne. A la suite de ma plainte déposée le jour même auprès de votre bureau dans laquelle je documentais les erreurs de Mme Beye et demandais à Radio-Canada de corriger ces fausses informations dans les meilleurs délais, j’ai reçu le 28 mars dernier votre réplique.

Pour rappel, je retranscris ci-dessous des extraits de l’échange entre Mme Beye et l’animatrice de « Medium large », Catherine Perrin :

KB: « Depuis huit ans, le gouvernement israélien obligeait des femmes originaires d’Éthiopie arrivées en Israël à prendre une injection d’un contraceptif de longue durée. Et, au bout de quelques années, ils se sont rendus compte que le taux de fertilité de ces femmes-là était extrêmement bas et elles ne comprenaient pas pourquoi, parce que la plupart d’entre elles disaient que lorsqu’elles arrivaient, on leur disait que c’était un vaccin, alors qu’en réalité c’était un contraceptif de longue durée ».

CP : « Parce qu’on voulait carrément limiter les naissances dans… »

KB: « Dans leur communauté, oui… ».

CP : « … les naissances d’origine éthiopienne, oui » (…) « Très, très, très troublant quand on pense à toutes sortes (ricanement) d’expériences qui ont été menées contre des Juifs à une certaine époque, hein. »

Vous m’écrivez que la « recherchiste aguerrie », Mme Beye, s’est contentée de « relate(r) des articles soulevant l’hypothèse d’une décision politique relativement au choix de la gagnante (éthiopienne de Miss Israël) en raison de situations pour le moins sérieuses qui ont été exposées quelques semaines auparavant dans différents quotidiens réputés concernant la pratique d’injection de contraceptif de longue durée sur les migrantes éthiopiennes par Israël.» Or, comme le révèle la retranscription de l’émission ci-haut, Mme Beye et Catherine Perrin ont en fait traité des allégations comme des faits avérés.

Vous me faites part des sources consultées par Mme Beye. On y trouve un article du Point du 30 janvier 2013 intitulé « Quand Israël impose la contraception à ses Éthiopiennes » en dépit du fait que l’article relate que l’organisation juive responsable de la santé des Juifs éthiopiens en transit pour Israël, le JDC, et le ministère israélien de la Santé nient catégoriquement les allégations.

De plus, cet article souligne qu’une nouvelle directive du ministère demande aux gynécologues israéliens de « ne pas renouveler les prescriptions de Depo-Provera pour les femmes d’origine éthiopienne ou d’autres femmes qui, pour toutes sortes de raisons, ne comprennent pas les implications de ce traitement » et que cette directive « ne constitue pas une prise de position ni un constat des faits » à propos de cette contraception forcée ».

La « recherchiste aguerrie » de Radio-Canada aurait donc dû comprendre à la lecture de cet article, malgré son titre malhonnête, qu’il n’y avait pour l’heure que des allégations sans preuves et aucune admission du gouvernement israélien quant à une pratique ou politique de contraception forcée. Or, Mme Beye a plutôt choisi de rapporter ces allégations sur les ondes de la Première chaîne comme un fait incontestable.

L’article du Times of Israel du 29 janvier 2013 consulté par Mme Beye relate la directive du ministère sans y voir un aveu de mauvais agissement, traite les allégations comme telles, rappelle le déni catégorique des responsables juifs et israéliens et offre l’opinion d’un expert niant la possibilité d’une politique de contraception forcée. Mme Beye n’a pas retenu ces informations.

Un autre des articles utilisés par Mme Beye, paru le 27 janvier 2013 sur Slate Afrique, affirme faussement que la directive du ministère israélien de la Santé ordonnait de ne pas renouveler les prescriptions du contraceptif de longue durée aux femmes éthiopiennes. Comme le démontre la citation du Point plus haut, la directive vise toute Israélienne et conditionne le nouvellement des prescriptions à la compréhension par la patiente de toutes les implications du contraceptif. De plus, cet article traite erronément les allégations comme des faits avérés.

Mme Beye s’est également appuyée sur deux articles de Jeune Afrique. Le premier, daté du 7 février, est un véritable tissu de fabulations. « Le ministère de la Santé a réagi en demandant l’arrêt immédiat de la contraception sans le consentement des femmes concernées », prétend l’article, ce que nous avons démontré est strictement faux. La revue prétend aussi que la télévision israélienne a montré une  lettre du gouvernement israélien au JDC « dans laquelle le ministère de la Santé félicite le JDC d’avoir imposé le contraceptif à 30 % des nouvelles immigrantes africaines ». Or cette lettre ne félicite aucune « imposition » de méthodes contraceptives, mais le travail du médecin du JDC, Rick Hodes, qui offre aux Juifs en Éthiopie, sur une base volontaire, des pilules et des injections contraceptives, comme l’a expliqué le 10 décembre 2012 Hodes lui-même.

Le second article de Jeune Afrique, daté du 28 février 2013, relate que « Yityish Titi Aynaw, jeune israélienne d’origine éthiopienne, a été couronnée mercredi 27 février Miss Israël 2013 ». L’article ne lie d’aucune manière la sélection de la jeune femme d’origine éthiopienne à la controverse sur le contraceptif de longue durée, bien que des commentaires d’internautes le fassent.

Ainsi, contrairement à ce que vous affirmez, aucune des sources consultées par Mme Beye ne « soul(ève) l’hypothèse d’une décision politique relativement au choix de la gagnante (éthiopienne de Miss Israël) en raison de situations pour le moins sérieuses qui ont été exposées quelques semaines auparavant dans différents quotidiens réputés concernant la pratique d’injection de contraceptif de longue durée sur les migrantes éthiopiennes par Israël ». A moins que l’on ne considère des commentaires de lecteurs comme des sources fiables.

Il est désolant que la « recherchiste aguerrie » ait présenté une chronique sur cette controverse sur la base d’articles parus plus d’un mois avant son passage à « Médium large ». Si elle s’était donné la peine de consulter des articles plus récents sur le développement de cette controverse, elle aurait pu lire que :

–       le 30 janvier 2013, la chroniqueuse de Ha’aretz Allison Kaplan Sommer, remettait les pendules à l’heure et démontrait comment la presse internationale avait grotesquement déformé la controverse en rapportant qu’Israël avait imposé la contraception, voire une politique de stérilisation, à des Éthiopiennes. Je me permets d’en citer un extrait qui n’est pas sans rappeler le commentaire pernicieux de Catherine Perrin:

“(…) the story has taken on a life of its own internationally. The words “forced” and “coercion” are being thrown around in the international coverage. Images of Mengele-level persecution of clueless, helpless victims being marched by force from camps to clinics to receive their injections have been conjured up, as the story has travelled from the Israeli media to the national mainstream media, to international and niche publications. The headlines run from the oversimplified to deliberately twisted”.

–       le 28 février 2013, soit 5 jours avant que Mme Beye ne présente sa chronique, la BBC rapportait les allégations comme telles, rappelait le déni catégorique des autorités israéliennes et annonçait que le gouvernement israélien allait constituer un comité d’enquête composé de responsables du ministère de la Santé, d’un médecin indépendant et d’un représentant de la communauté israélo-éthiopienne pour confirmer qu’il n’y a jamais eu de politique de contraception forcée.

–       le 31 janvier, le chroniqueur du Telegraph (Londres) Brendan O’Neill commentait  la déformation de la controverse dans la presse internationale : « When it comes to pointing a big, white Western finger at Israel and accusing it of carrying out the kind crimes of racism and colonialism that the rest of us grew out of years ago – a favoured pastime of so many liberal campaigners today – it seems facts count for little.”

–       le 19 février 2013, l’Associated Press rapportait que Itzik Dasa, directeur de Tebeka, un organisme d’aide juridique pour Juifs éthiopiens, affirmait ne pas croire qu’Israël ait imposé une politique de réduction de taux de naissance chez les Israéliennes d’origine éthiopienne.

–       le 19 février 2013, l’Associated Press rapportait que l’ex-député israélo-éthiopien Shlomo Molla affirmait que le déclin du taux de natalité dans sa communauté était redevable aux réalités de la vie quotidienne en Israël, où il peut être difficile d’avoir autant d’enfants qu’en Éthiopie.

–       le 19 février, l’Associated Press citait le médecin Hodes, responsable de la clinique du JDC en Éthiopie, expliquant que le programme de planification familiale volontaire offert aux Juifs éthiopiens, loin d’être une forme de stérilisation furtive, s’inscrit dans le cadre des Objectifs du millénaire pour le développement de l’ONU, à savoir, l’accès universel à la santé reproductive.

Enfin, si Mme Beye avait approfondi un peu ses recherches, elle aurait appris comme moi qu’une étude réalisée en 2005 par Family Health International, une ONG dédiée à la santé publique et au développement, publiée dans The African Journal of Reproductive Health, établit « une prédominance des injectables » en Afrique subsaharienne, due à la nature discrète de son usage dans un contexte culturel où « les contraceptifs peuvent introduire la discorde sociale, menant parfois à la violence de partenaires intimes dans des couples africains ». L’étude note également que la majorité des Éthiopiennes mariées qui participent à des programmes de planification familiale optent pour les contraceptifs injectables.

Enfin, vous affirmez que « le diffuseur public respecte les opinions de chacun et une seule émission ne peut présenter un équilibre des opinions exprimées » et que « cet équilibre n’est possible que dans notre programmation prise dans son ensemble et sur nos différentes plateformes ». Or, l’impair commis par Mme Beye n’est pas de l’ordre de l’opinion. Elle a présenté comme des faits avérés des allégations si graves que l’animatrice de « Medium large » s’est cru permis un inacceptable parallèle avec les crimes nazis.

L’ajout sur la page de l’émission d’hyperliens à des articles offrant des informations plus justes, dont vous m’apprenez l’existence et qui aura échapper aux auditeurs de Radio-Canada, ne répare en rien cette infraction aux normes journalistiques de Radio-Canada. Il m’apparait qu’à défaut d’émettre une correction en ondes (comme a l’habitude de le faire la CBC) Radio-Canada ferait fi de sa propre politique de correction des erreurs qui stipule que « Dans le respect des principes d’exactitude, d’intégrité et d’équité, nous n’hésitons pas à corriger une erreur importante lorsque nous avons pu établir qu’elle a été commise. » Si, toutefois, vous estimez que Radio-Canada a diffusé des informations véridiques et n’est pas tenue d’apporter de correction, je me verrai contraint de demander à l’ombudsman de procéder à une révision de ma plainte.

Je vous prie, Madame Julien, de recevoir mes sincères salutations,

David Ouellette

Directeur associé, affaires publiques (Québec)
Le Centre consultatif des relations juives et israéliennes

Cc : Ombudsman des services français



Categories: Médias

Tags: , , ,

1 reply

  1. David, félicitations pour votre vigilance et votre ténacité face à cette marée omniprésente et incessante de calomnies déversées sur Israël.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: