A propos du topo de Second regard sur l’antisémitisme chrétien

L’émission Second regard (Radio-Canada) proposait dimanche dernier un topo intéressant sur les racines chrétiennes de l’antisémitisme. (Voir le reportage de Second regard)

On y revient sur l’accusation de peuple déicide qui justifia des siècles durant la doctrine du mépris des Juifs qui ne sera répudiée officiellement par le Vatican qu’en 1965 avec Nostra Aetate (Notre âge), soit la déclaration du Concile Vatican II qui leva l’accusation de peuple déicide contre les Juifs et souligna le patrimoine spirituel commun aux Juifs et aux chrétiens, ouvrant la porte à un rapprochement inespéré.

Une chose m’a frappé dans le reportage: le traitement de l’antisémitisme chrétien comme un phénomène anachronique qui aurait sombré dans l’oubli des consciences contemporaines. Il aurait été plus juste de dire que l’antijudaïsme catholique, comme dogme de l’Église, est effectivement chose du passé, car de nombreuses dénominations chrétiennes, orthodoxes, surtout, mais aussi à la marge du catholicisme institutionnel, continuent d’embrasser un antijudaïsme primaire qui verse souvent dans l’antisémitisme cru. Par contre, je ne disputerai pas que le souvenir, voire la compréhension de l’antijudaïsme catholique, se soit estompé depuis Nostra Aetate. Cet état de fait dénote peut-être même paradoxalement le succès de cette réforme doctrinale.

Il y a une dizaine d’années, j’ai fait l’expérience insolite de la survie de l’antijudaïsme catholique et de l’incapacité encore plus étonnante du Conseil de presse de le reconnaitre. 

En 2003, en pleine Intifada, alors que les terroristes palestiniens du Hamas et du Fatah de Yasser Arafat menaient une guérilla contre la population civile israélienne, le vice-premier ministre israélien avait déclaré publiquement qu’Israël se réservait le droit d’expulser, voire d’éliminer Arafat. Cette déclaration, rapidement contredite par le gouvernement israélien, inspira néanmoins à l’éditorialiste de la Voix de l’Est, Jean-Guy Dubuc, un article intitulé “Quand Israël se fait assassin” dont je cite deux passages clés:

Comment peut-on imaginer qu’Israël en soit rendu là. Le pays qui a souffert du pire assassinat des temps modernes redit les mots d’Adolf Hitler; pire, on croirait entendre la condamnation du Christ lui-même, mis à mort par les Juifs. On n’aime pas la personne? On l’exécute!  (…) Et les Israélites en font tout autant, fidèles à la politique “oeil pour oeil, dent pour dent”, figée dans un Ancien Testament qui n’a pas entendu un tout autre message de leur compatriote Jésus de Nazareth

Naïvement, je m’étais adressé au Conseil de presse pour faire valoir que l’éditorialiste ressuscitait l’accusation collective de peuple déicide à l’endroit des Juifs et qu’il reprochait collectivement aux Juifs, conformément à l’ancienne doctrine du Juif perfide, d’adhérer à un code moral et juridique suranné du fait de leur “aveuglément” à l’évangile du Christ.

Ma plainte fut rejetée. Le Conseil jugea qu’aucun propos discriminatoire n’avait été tenu, qu’il n’était pas apte à se prononcer sur les “aspects théologiques” (!) de mon argumentaire et qu’il était, somme toute, acceptable de tenir tous les Juifs, fussent-ils Israéliens ou non, collectivement responsables des propos d’un politicien israélien. (Lire la décision du Conseil de presse)

J’espère que les ignares qui siégeaient au Conseil de presse à l’époque et que M. Dubuc auront vu le reportage de Second regard. Les premiers, pour différencier, d’une part, les querelles théologiques de l’antisémitisme et, d’autre part, la critique légitime des accusations collectives. Le second, qui est journaliste et prêtre, pour qu’il reçoive enfin la note de service du Vatican répudiant l’accusation de peuple déicide.



Categories: Médias

Tags: , ,

4 replies

  1. J’ai écouter les dernieres minutes du reportage. Malheureusement les enseignements de l’église concernant les juifs durant les 20 derniers siecles est encore très tenace au Québec. Les communautés juives à travers le monde entier ont un travail d’information magistral à faire pour essayer de défaire les préjugés très tenaces concernant les juifs. Dans les démocraties où la religion n’est plus aussi présente que par le passé la propagande haineuse des musulmans dans les campus universitaires à l’égard des juifs et des israeliens a ralié au fait ”palestinien” la classe étudiante du Québec et de beaucoup d’autres société dans le monde sans avoir la version du côté israelien. Imaginer que des étudiants identifient des terroristes et des islamistes à des gauchistes. Si nous croyons à la valeur humaine nous devons convaincre nos gouvernements d’abolir toutes les institutions scolaires religieuses car c’est dans ces lieux et dans les lieux de culte que véhicule la haine entre les humains des diverses conféssions.

  2. À Jason : autrefois, au Québec, notamment du temps de Duplessis-Léger, existait ce qui était appelé “Opus Déi”, une organisation secrète radicale active sur ou concernant le maintien de la foi “cathos” via plusieurs domaines, dont celui des moeurs, fort populaire !

    Dubuc et Turcotte ont-ils été ou sont-ils membres de ce club sélect ?

    Chose certaine, Turcotte, lors d’une conférence de presse à 3-Rivières livrant l’attitude-responsabilité de l’Église sur ou l’Affaire de l’Enfance de Duplessis-Léger, a refusé l’entrée aux personnes concernées, et, parmi les intimés, seule l’Église ne s’est pas excusée ni n’a accepté d’assumer sa responsabilité dans ce dossier d’histoire-mémoire du Québec !

    Chose certaine, l’auteur de la présente demeure comme allergique !

    En passant, et de Nostra Aetate, a-t-on biffé Jean 8.44 ? – 6 fév 2013 / 26 chevat 5773 –

  3. Dans le récent livre de M. Yves Lavertu qui s’intitule : L’affaire Jean-Louis Roux , lynchage autour d’un swastika, il est écrit en page 257 ce qui suit sur le journaliste Michel Vastel maintenant décédé:

    (…) « Sur les ondes de la station de radio CKVL , lors d’une émission animée par Pierre Pascau, Vastel rappelle à deux reprises que ce sont les Juifs qui ont tué le Christ ». (…)

    Note de bas de page : (Communiqué du B’nai Brith du Canada, 22 novembre 1996)

    http://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=1332916&def=Affaire+Jean-Louis+Roux+%3A+lynchage+autour+d'un+svastika(L‘)%2CLAVERTU%2C+YVES%2C9782981204417

  4. Dire que ce Jean-Guy Dubuc a été un ami du cardinal Jean-Claude Turcotte:

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: