Du vin aigre dans de nouvelles outres: le nouvel antisémitisme

Jean Ouellette [transparence totale: je “plogue” un article de mon père] publie dans le Métropolitain cette réflexion sur la difficulté de reconnaitre dans l’antisionisme l’expression respectable de l’antisémitisme contemporain.

Du vin aigre dans de nouvelles outres: de l’antisémitisme classique au nouvel antisémitisme

Jean Ouellette
5 mars 2012, The Métropolitain

Plus près de nous, les tirades haineuses du maire de Huntingdon sur les ondes de V-télé  et la condamnation récente de ses accusations par la direction du réseau n’ont guère suscité de réaction en dehors des cercles proches des organisations juives. De même, la fin de non-recevoir exprimée par un animateur de Radio-Canada à l’endroit des positions défendues par le Ministre John Baird devant un auditoire israélien à Herzliya est révélatrice d’un état d’esprit  qui  tend à oblitérer le tort causé aux Juifs par la remise en question de la légitimité d’Israël. Le Ministre, en effet, venait d’exprimer sa conviction que la négation de la légitimité de l’État Juif faisait en quelque sorte partie des dogmes immuables du nouvel antisémitisme.

(…)

Le débat [sur l’antisémitisme ] n’a pas eu lieu et nul ne voit pour l’instant à partir de quelle tribune il pourrait s’amorcer. Dans l’intervalle, les détracteurs de l’État d’Israël continueront de proposer des définitions de l’antisémitisme qui leur épargneront la balle meurtrière enfouie dans une définition moins étriquée d’une idéologie libérale en apparence seulement mais conventionnellement haineuse et restrictive dans sa mesquinerie à l’endroit des Juifs. Pourquoi les victimes revendiqueraient-elles le privilège de contrôler les paramètres essentiels d’une pathologie qui affecte au premier chef ceux et celles qui en sont infestés?

Lire l’article intégral



Categories: Antisionisme

Tags: , ,

37 replies

  1. M. Ouellette, ne dites pas bye bye trop vite, il reviendra bien. C’est plus fort que lui !

  2. A deux reprise Radio canada aujourd;hui a du corriger ces arguments…
    Prmeierement a dit Selon Tel Aviv….donc j’ai demander pourquoi Tel aviv et non Jerusalem …donc il ont changer l’article et marque Israel.
    Apres cela.Ils ont dit que Israel faisais des assassinats….Quelle Honte
    Apres on roupetant a radio canada , ils ont decide de l’enlever….

    Mais en meme temps il parle 20 activiste qui ont ete Tues…..je ne savais pas des gens qui tire des roquettes sont des activistes et non des terroristes….
    C’est meprisant comme artcile..

  3. Les Palestiniens et l’eau:

    http://jssnews.com/2012/03/13/israel-les-palestiniens-et-leau-les-faits-et-les-chiffres/

    De quoi défriser le désinformateur Spritzer

  4. vois que vous avez finalement changer le mot selon Tel Aviv …a Selon Israel, c’est mieux…tous cela pour ne pas marque selon Jerusalem…

    Mainteant vous Oser traiter Israel comme des assassins…encore une HONTE
    confirmé qu’un cessez-le-feu était en vigueur. Utilisant une formule peu habituelle, Israël s’est engagé « à cesser les assassinats » et les deux parties s’entendent pour entamer une période de calme « complet et réciproque

    wow…Alors Israel se defend et fond des attaque cible sur des terrorisste et vous appelle les israelien des assassin….C’est encore un TRES MAUVAIS CHOIX DE MOTS encore pour diaboliser Israel que vous faite si bien….ce ne sont pas des assassinat…quand on vient pour se defendre de roquette et on cible les terroriste qui ont lancer ces roquettes , Radio canada appelle cela des assassin..
    ET CELA QUI TIRE LES roquette vous ls appeller des ACTIVISTES.

    ENCORE UNE HONTE…

    RADIO VIENT DE FAIRE LA CORRECTION DE MOTS EN RETIRANT LE MOT ASSASSINAT..
    JE REMARQUE QU’IL FAUT TOUJOURS LIRE ET SE PLAINDRE QUAND IL Y’A DES INJUSTICE SINON RADIO CANADA VA ECRIRE CE QU’IL VEULENT…

  5. Selon Israël, les activistes palestiniens ont tiré environ 150 roquettes sur les villes et localités du sud d’Israël après que l’armée israélienne a tué vendredi un haut responsable palestinien accusé de complot en vue d’une attaque à partir de l’Égypte.

    iL Aavait marquer selon Tel Aviv,,,,Je crois qu’il ya assez de monde qui se sont pl,ein pour changer pour mettre le mot Israel au lui de mettre Jerusalem comme je leur ai dit….Je leut ai aussi dit qu’;il y’eut plus de 200 roquette avec des blesse et blesse graves…

    et Autrre,,,,voila ce que radio canada appelle Israel quand il se defendent… à cesser les assassinats ….juste pour montrer que l’arme israel ce sont des assassins…
    QUELLE HONTE ENCORE…

  6. Oups, fallait llire: *distillées

  7. Tout comme m. Ouellette, Je ne me fis pas du tout aux informations destillées par le hamas de Gaza et ceux qui sont sous sa botte…
    Nous en avons eu mainthe fois la preuve dans le passé !

    Tsahal – Armée de Défense d’Israël 

    Plus de 200 roquettes été tirées depuis vendredi, 54 roquettes interceptées par
    Dôme de fer.
    Tsahal a déjoué les attaques de 18 cellules terroristes sur le point de tirer des roquettes sur Israël depuis vendredi (9 mars). L’actualité en continu
    sur notre Twitter: 
    twitter.com/Tsahal_IDF.

    israelsouslefeufildactu

    19h04 – Aujourd’hui: 42 roquettes tirées depuis Gaza se sont abattues sur Israel et 23 ont été neutralisées dans les airs par Dôme de fer. Par ailleurs,
    depuis vendredi,  Tsahal a ciblé 18 cellules terroristes sur le point de tirer des roquettes de Gaza, et
    Dôme de fer
    en a intercepté 24.

    Vidéo: Dôme de fer intercepte une roquette de Gaza

    Y0wRqe37TKI/2
    16h38 – Communiqué officiel:  Plus tôt dans la journée, une cellule terroriste qui s’apprêtait à tirer des roquettes sur Israël a été identifiée. Ces tirs
    ont été effectués depuis une zone résidentielle dans le nord de la bande de Gaza.  Après les premiers tirs, deux suspects qui approchaient la rampe de
    lancement ont été identifiés et pris pour cibles par un avion de l’armée de l’air qui a neutralisé le point spécifique d’où avaient été tirées les roquettes. Les
    premiers éléments de l’enquête indiquent que les deux suspects seraient des civils utilisés par les organisations terroristes comme bouclier humain. Cet
    incident est un exemple flagrant de l’
    utilisation cynique des civils http://blogtsahal.wordpress.com/2012/02/12/le-hamas-pour-les-nuls-les-femmes-et-les-enfants-dabord/
     par les organisations terroristes de la bande de Gaza qui opèrent au coeur des zones urbaines et mettent en danger des civils innocents.
    Les roquettes continuent de s’abattre sur le sud du pays

    Les roquettes continuent de s’abattre sur le sud du pays

    15h42 – Plus de 200 roquette ont été tirées depuis Gaza sur Israël depuis vendredi. 52 roquettes ont été interceptées par les batteries de Dôme de fer.
    15h18 – Les dernières roquettes qui se sont abattues sur Israël ont été tirées par le Jihad Islamique depuis Beith Lahiya, un quartier résidentiel de Gaza.
    14h40 – Une roquette palestinienne tirée depuis la bande de Gaza vient de s’abattre sur Ashdod, l’une des plus grandes villes d’Israël (200.000 habitants).
    Ashdod accueille par ailleurs une très importante communauté francophone.
    14h15 – Six roquettes tirées depuis la bande de Gaza viennent de s’abattre sur le sud d’Israël. Trois autres ont été interceptées et détruites en vol par
    le système anti-roquettes d’Israël, le Dôme de fer.

    13h45 – Ce matin, trois obus de mortier tirés depuis Gaza ont atterri du côté palestinien, sur le point de passage de 
    Kerem Shalom
     entre Gaza et Israël. Chaque jour, des centaines de tonnes de marchandises transitent par cette porte à destination de la population de Gaza. Quelques
    minutes après l’explosion, Tsahal a décidé de poursuivre les transferts de marchandises à Kerem Shalom.

  8. @attention

    Avez-vous lu le damné lien de David oui ou non?

    Qalandiya: manifestation pacifique de Palestiniennes
    Québec: manifestation pacifique des étudiants

    Qalandiya: l’ARMÉE ferme un point de passage de façon préventive
    Québec: la POLICE ferme des rues de façon préventive

    jusque là ça va?

    Qalandiya: l’armée utilise canon à eau, stunt grenades, balles caoutchouc, gaz lacrymogène
    Québec: la police regarde la manif en souriant et en faisant des beubye!

    fin des émissions à ce sujet qui s’étire inutilement

    • @ spritzer

      “Québec: la police regarde la manif en souriant et en faisant des beubye!” (spritzer)

      Voir le lien suivant :

      http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/education/201203/08/01-4503643-etudiant-blesse-a-loeil-son-pere-en-colere.php

      Extrait :

      “[…] l’étudiant aurait reçu des éclats d’une «grenade assourdissante» – ou flash bang – lorsque les policiers ont dispersé les manifestants mercredi après-midi.”

      • Je parlais spécifiquement de la manif de Québec, mais vous avez raison, il y a eu ce cas que vous évoquez. Cependant, on est encore loin de la réponse israélienne à la manifestation de Qalandiya qui était pacifique.

        Personnellement je trouve ces réactions des forces de l’ordre, qu’elles soient en Israël au Canada ou ailleurs, exagérées et troublantes. On voit de plus en plus de ces exagérations dans la façon dont les autorités se comportent devant des individus qui exercent leur liberté d’expression. Il ne s’agit pas d’empêcher la police de faire son travail, mais ce sont les moyens douteux, la nouvelle panoplie technique, utilisée à outrance et de façon indistincte qui me dérange.

  9. M. Ouellette: « Comme vous y allez, Spritzer! J’ai mis ce lien parce que de source pro-palestinienne on admet que la manif n’était pas pacifique. Quant
    à la chronologie
    des événements, je ne me fierais pas à la véracité de cette source, les pro-palestiniens n’étant pas connus pour être des amis de la vérité. »

    Et vous avez totalement raison !
    Une photo mise en ligne au cours des 24 dernières heures sur Twitter, la photo d’une fillette palestinienne de Gaza fait le tour de la planète et sa légende
    accuse à tort Tsahal d’être responsable de sa mort.
    Cliquez ici pour accéder à l’explication complète.
    http://www.guysen.com/article_La-desinformation-bat-son-plein-sur-Twitter-et-Facebook_17550.html

    http://blogtsahal.wordpress.com/2012/03/12/la-desinformation-bat-son-plein-sur-twitter-et-facebook-israel-na-jamais-blesse-cette-fillette/
    Allez lire cela vaut la peine, et transmettez à vos contacts. Dans le texte, on ne se contente pas que de donner l’explication, mais des liens prouvant
    la supercherie, et une intention clairement identifier de diaboliser Israel peu importe la réelle vérité !


    Et, vous en voulez un autre pour vous convaincre ?L’éthique journalistique et twitter : l’exemple des journalistes pro-palestiniens…

    Lorsque les journalistes écrivent des tweets, ont-ils ont les mêmes responsabilités éthiques que lorsqu’ils écrivent un article ? Apparemment, pour les
    journalistes palestiniens, non.

    George Hale, qui écrit (et est rédacteur en chef) pour le quotidien palestinien Ma’an News
    a tweeté hier: /twitter.com/#!/georgehale/status/178459328586592257

    Citation
    4 personnes blessées après que les forces israéliennes ouvrent le feu sur les pleureuses, près du cimetière de l’Est – officiel médicaux de Gaza

    Fin de la citation

    Palestinian mourners shout slogans durin

    Peu importe que les autorités médicales de Gaza soient connus pour leurs… Comment dire ? Mensonges ! Une partie de l’information est relayée et sera tweeté
    sans vérification aucune.

    Joseph Dana, journaliste pour le magazine d’extrême gauche israélien 972mag
    a retweeté
    https://twitter.com/#!/ibnezra/status/178565231839150080
    la même information en ajoutant: «chic».

    Un seul problème: Ce n’est jamais arrivé.

    Comme on pouvait s’en douter, cette information est d’abord apparue dans un article de l’
    Agence France Presse (AFP) /gulftoday.ae/portal/ac31394f-a6f4-4004-8862-2812ac0de55d.aspx
    :

    Citation
    Les responsables palestiniens de sécurité ont déclaré que, lors d’un enterrement, à l’est de la ville de Gaza et à proximité de la clôture de la frontière
    israélienne, les troupes israéliennes ont ouvert le feu sur une foule de pleureuses, blessant quatre personnes, dont l’une à la tête.

    Fin de la citation

    Mais le PCHR, qui rapporte chaque attaque lancée par Israël, reste muet sur le sujet. Vous pouvez être sûr que si cela arrivait, ils l’auraient noté. De
    même, Ma’an News /maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=466683
    n’a jamais fait le moindre rapport
    sur le moindre tir israélien lors d’un enterrement, même si leur rédacteur en chef était le premier à tweeté l’information. Pourquoi donc ?

    Prenons du recul un instant. Est-ce que l’histoire à le moindre sens ? Les troupes israéliennes ne sont pas à Gaza, alors comment pourraient-elles tirer
    sur des pleureuses lors d’un enterrement? Avec des missiles ? Des hélicoptères de combat ? Des mitraillettes longues portées ?

    En d’autres termes, quel est votre niveau de haine d’Israël pour croire que l’armée va tirer lors de funérailles ?

    Mais au final, que s’est-il passé ?

    C’est
    l’Associated Press /www.stardem.com/news/world/article_67b1c631-b3d1-5acd-8622-52b713869f7c.html
    qui donne l’info :

    Citation
    Des dizaines de milliers de palestiniens en deuil ont défilé dans les rues lors des processions funéraires. (…) Des militants masqués ont ouverts le feu
    à la mitrailleuse sur les pleureuses en deuil.

    Fin de la citation

    Mais les tweets sont retwettés et les gens qui lisent les tweets des journalistes leurs donnent la même crédibilité que s’ils lisaient un article contrôlé…
    Les tweets sont rarement corrigés ou supprimés parce que, « sur twitter, on a le droit ! »

    Et pendant ce temps, la vérité se perd dans une mer de haine et de mensonges…

    source: jssnews.com

  10. spritzer: «Quand je vous vois tous argumenter et tergiverser sur ce qui s’est passé à Qalandiya, comme les dirigeants Israéliens le font, je me dis que le régime sioniste
    n’en a plus pour longtemps. Comme en Afrique du Sud, c’est une question de temps.»

    hé hé hé hé ! ça te ferait plaisir hein, qu’Israel soit anéanti ? Petite nouvelle pour toi mon cher… cela fait des milénaires que des empires ont tenté de le faire disparaître… et tout ce qu’ils ont réussi à faire, c’est de disparaître eux-même !…

    À la différence de toi, nous amenons des faits vérifiables et contre-vérifiés, des faits qui traversent l’épreuve du temps… vois-tu, la différence du mensonge et de la vérité, le mensonge rate tous les tests ! Plus besoin de mettre ton masque spritzer, fait belle lurette que je t’ai démasqué, pour ma part.
    Car cela fait bon chic bon genre de dire et d’espérer que le régime sioniste disparaître… comme ça, tu peux tenter de nous convaincre que ce n’est pas Israel que tu vises, mais tu réussieras qu’à convaincre les idiots utils, pas nous.

    Tu avais pourtant juré via quelques semaines de ne plus venir ici. Mais tu ne peux t’en empêcher. La tentation de nous abreuver de ta propagande est trop forte. Tu me fais pitié…

  11. M. Ouellette: « Comme vous y allez, Spritzer! J’ai mis ce lien parce que de source pro-palestinienne on admet que la manif n’était pas pacifique. Quant à la chronologie
    des événements, je ne me fierais pas à la véracité de cette source, les pro-palestiniens n’étant pas connus pour être des amis de la vérité. »

    Et vous avez totalement raison !
    Une photo mise en ligne au cours des 24 dernières heures sur Twitter, la photo d’une fillette palestinienne de Gaza fait le tour de la planète et sa légende
    accuse à tort Tsahal d’être responsable de sa mort.
    Cliquez ici pour accéder à l’explication complète.
    http://www.guysen.com/article_La-desinformation-bat-son-plein-sur-Twitter-et-Facebook_17550.html

    http://blogtsahal.wordpress.com/2012/03/12/la-desinformation-bat-son-plein-sur-twitter-et-facebook-israel-na-jamais-blesse-cette-fillette/
    Allez lire cela vaut la peine, et transmettez à vos contacts. Dans le texte, on ne se contente pas que de donner l’explication, mais des liens prouvant la supercherie, et une intention clairement identifier de diaboliser Israel peu importe la réelle vérité !


    Et, vous en voulez un autre pour vous convaincre ?L’éthique journalistique et twitter : l’exemple des journalistes pro-palestiniens…

    Lorsque les journalistes écrivent des tweets, ont-ils ont les mêmes responsabilités éthiques que lorsqu’ils écrivent un article ? Apparemment, pour les
    journalistes palestiniens, non.

    George Hale, qui écrit (et est rédacteur en chef) pour le quotidien palestinien Ma’an News
    a tweeté hier: /twitter.com/#!/georgehale/status/178459328586592257

    Citation
    4 personnes blessées après que les forces israéliennes ouvrent le feu sur les pleureuses, près du cimetière de l’Est – officiel médicaux de Gaza

    Fin de la citation

    Palestinian mourners shout slogans durin

    Peu importe que les autorités médicales de Gaza soient connus pour leurs… Comment dire ? Mensonges ! Une partie de l’information est relayée et sera tweeté
    sans vérification aucune.

    Joseph Dana, journaliste pour le magazine d’extrême gauche israélien 972mag
    a retweeté https://twitter.com/#!/ibnezra/status/178565231839150080
    la même information en ajoutant: «chic».

    Un seul problème: Ce n’est jamais arrivé.

    Comme on pouvait s’en douter, cette information est d’abord apparue dans un article de l’
    Agence France Presse (AFP) /gulftoday.ae/portal/ac31394f-a6f4-4004-8862-2812ac0de55d.aspx
    :

    Citation
    Les responsables palestiniens de sécurité ont déclaré que, lors d’un enterrement, à l’est de la ville de Gaza et à proximité de la clôture de la frontière
    israélienne, les troupes israéliennes ont ouvert le feu sur une foule de pleureuses, blessant quatre personnes, dont l’une à la tête.

    Fin de la citation

    Mais le PCHR, qui rapporte chaque attaque lancée par Israël, reste muet sur le sujet. Vous pouvez être sûr que si cela arrivait, ils l’auraient noté. De
    même, Ma’an News /maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=466683
    n’a jamais fait le moindre rapport
    sur le moindre tir israélien lors d’un enterrement, même si leur rédacteur en chef était le premier à tweeté l’information. Pourquoi donc ?

    Prenons du recul un instant. Est-ce que l’histoire à le moindre sens ? Les troupes israéliennes ne sont pas à Gaza, alors comment pourraient-elles tirer
    sur des pleureuses lors d’un enterrement? Avec des missiles ? Des hélicoptères de combat ? Des mitraillettes longues portées ?

    En d’autres termes, quel est votre niveau de haine d’Israël pour croire que l’armée va tirer lors de funérailles ?

    Mais au final, que s’est-il passé ?

    C’est
    l’Associated Press /www.stardem.com/news/world/article_67b1c631-b3d1-5acd-8622-52b713869f7c.html
    qui donne l’info :

    Citation
    Des dizaines de milliers de palestiniens en deuil ont défilé dans les rues lors des processions funéraires. (…) Des militants masqués ont ouverts le feu
    à la mitrailleuse sur les pleureuses en deuil.

    Fin de la citation

    Mais les tweets sont retwettés et les gens qui lisent les tweets des journalistes leurs donnent la même crédibilité que s’ils lisaient un article contrôlé…
    Les tweets sont rarement corrigés ou supprimés parce que, « sur twitter, on a le droit ! »

    Et pendant ce temps, la vérité se perd dans une mer de haine et de mensonges…

    source: jssnews.com

  12. Spritzer: les étudiants québécois n’ont évidemment pas le droit de bloquer une rue, occuper un édifice ou faire du piquetage dont le but est d’empêcher les gens d’entrée dans un édifice, sauf pour les rues ou les édifices qui sont leur propriété privée. Mais où avez-vous donc la tête? Elle me semble mal “vissée”. Vous auriez intérêt à lire ce texte d’un professeur de droit:

    http://www.montrealgazette.com/opinion/McGill+students+your+protest+wasn+peaceful/6152342/story.htm

    Quelques extraits pertinents de ce texte:

    The right to peaceful protest has never contained within it the right to expropriate someone’s property, no matter how lofty the goal or egregious the supposed injury. This is true whether that property belongs to the government or to a private citizen.

    The right to protest, even in public places, is not absolute. These limits may include restrictions on the time, place and manner of protests, as well as on the nature or content of the protest, where those limits are “justified in a free and democratic society.” One of these reasonable limits is contained in the Criminal Code, and permits police to intervene in a protest where there is a “breach of the peace.”

    The concept of “breach of the peace” is at the heart of the question of when a protest ceases to be “peaceful” and becomes unlawful. Contrary to what protesters would have one believe, a protest is not “peaceful” simply because there has been no actual violence. On the contrary, the Supreme Court of Canada held long ago that a breach of the peace takes place “when either an actual assault is committed on an individual, or public alarm and excitement is caused.”

    Blocking the streets, taking over public squares, or interfering with the right of other people to use public property gives rise to “public alarm and excitement” and gives ample warrant to remove and arrest the protesters.

    Lord Denning, the great English jurist, put it even more simply: “There is a breach of the peace,” he said, “whenever a person who is lawfully carrying out his work is unlawfully and physically prevented by another from doing it.”

    • La semaine dernière les étudiants ont manifesté à Québec et la police, comme à Qalandiya, a fermé des rues. Je sais, j’y étais! Et je peux vous affirmer que les forces de l’ordre n’ont pas utilisé de canons à eau, de stunt grenades, de balles en caoutchouc ou de gaz lacrymogène.

      Quand je vous vois tous argumenter et tergiverser sur ce qui s’est passé à Qalandiya, comme les dirigeants Israéliens le font, je me dis que le régime sioniste n’en a plus pour longtemps. Comme en Afrique du Sud, c’est une question de temps.

      • La police ou les autorités municipales ont le droit de fermer des rues. Mais pas les étudiants! C’est ça que vous ne semblez pas comprendre, cher nombriliste. Les étudiants ont le droit de manifester en marchant en fille indienne sur le trottoir avec leurs pancartes, c’est-à-dire de manière à ne pas déranger les déplacements des passants et de ceux qui veulent entrer et sortir des édifices et commerces. Ou encore en se rassemblant sur une place publique mais sans déranger les déplacements des passants. Tout autre comportement est illégal et mérite intervention policière. Sauf si c’est l’autorité municipale elle-même qui permet qu’une rue soit bloquée ou un espace public occupé; d’habitude, cette permission ne dure que pour 1 h ou 2h et ne doit pas mettre en péril l’accès aux édifices.

  13. @Spritzer: des manifestants qui bloquent des routes, des ponts, des entrées d’édifice, etc. ne sont pas des manifestants pacifiques et ce ne sont pas des gens qui manifestent dans le calme. La police ou l’armée doit alors nécessairement intervenir pour briser ces incitations à la violence et les libertés de passage brimées. On dirait que pour vous une manifestation ne devient non pacifique que quand on en vient aux poings ou quand des objets sont lancés!

    • Mon cher Attention, pourquoi ne pas imiter David et ne pas en rajouter inutilement quand la cause est entendue? Lisez le lien que lui-même a mis si vous voulez. Il y est dit que ce sont les Israéliens qui ont bloqué le passage de façon préventive.

      Vous appelez une manifestation pacifique une incitation à la violence? Donc pour vous, la réponse hors de proportion des Israéliens en compréhensible car ils ont été incités à réagir de la sorte. Ça ne leur en prend pas beaucoup dites donc. Et vous trouvez ça normal?

      J’imagine alors que vous ne verriez pas d’inconvénients à ce qu’au Québec, face aux manifs actuelles des étudiants qui bloquent une rue ou occupent des édifices, la police utilise des gaz lacrymogène, des stunt bombs, des balles de caoutchouc etc. Ça rétablirait l’ordre en effet, mais à quel prix? Et de quoi aurait l’air la prochaine manif? Il y a fort à parier que les étudiants auraient quelques roches dans leurs poches. Ça vous rappelle quelque chose?

      • Comme vous y allez, Spritzer! J’ai mis ce lien parce que de source pro-palestinienne on admet que la manif n’était pas pacifique. Quant à la chronologie des événements, je ne me fierais pas à la véracité de cette source, les pro-palestiniens n’étant pas connus pour être des amis de la vérité.

    • L’antisionisme n’est pas une condition terminale.

      Nicky Larkin: Israel is a refuge, but a refuge under siege
      Through making a film about the Israeli-Arab conflict, artist Nicky Larkin found his allegiances swaying

      http://www.independent.ie/opinion/analysis/nicky-larkin-israel-is-a-refuge-but-a-refuge-under-siege-3046227.html

      Sunday March 11 2012

      I used to hate Israel. I used to think the Left was always right. Not any more. Now I loathe Palestinian terrorists. Now I see why Israel has to be hard. Now I see the Left can be Right — as in right-wing. So why did I change my mind so completely?

      Strangely, it began with my anger at Israel’s incursion into Gaza in December 2008 which left over 1,200 Palestinians dead, compared to only 13 Israelis. I was so angered by this massacre I posed in the striped scarf of the Palestinian Liberation Organisation for an art show catalogue.

      Shortly after posing in that PLO scarf, I applied for funding from the Irish Arts Council to make a film in Israel and Palestine. I wanted to talk to these soldiers, to challenge their actions — and challenge the Israeli citizens who supported them.

      I spent seven weeks in the area, dividing my time evenly between Israel and the West Bank. I started in Israel. The locals were suspicious. We were Irish — from a country which is one of Israel’s chief critics — and we were filmmakers. We were the enemy.

      Then I crossed over into the West Bank. Suddenly, being Irish wasn’t a problem. Provo graffiti adorned The Wall. Bethlehem was Las Vegas for Jesus-freaks — neon crucifixes punctuated by posters of martyrs.

      These martyrs followed us throughout the West Bank. They watched from lamp-posts and walls wherever we went. Like Jesus in the old Sacred Heart pictures.

      But the more I felt the martyrs watching me, the more confused I became. After all, the Palestinian mantra was one of “non-violent resistance”. It was their motto, repeated over and over like responses at a Catholic mass.

      Yet when I interviewed Hind Khoury, a former Palestinian government member, she sat forward angrily in her chair as she refused to condemn the actions of the suicide bombers. She was all aggression.

      This aggression continued in Hebron, where I witnessed swastikas on a wall. As I set up my camera, an Israeli soldier shouted down from his rooftop position. A few months previously I might have ignored him as my political enemy. But now I stopped to talk. He only talked about Taybeh, the local Palestinian beer.

      Back in Tel Aviv in the summer of 2011, I began to listen more closely to the Israeli side. I remember one conversation in Shenkin Street — Tel Aviv’s most fashionable quarter, a street where everybody looks as if they went to art college. I was outside a cafe interviewing a former soldier.

      He talked slowly about his time in Gaza. He spoke about 20 Arab teenagers filled with ecstasy tablets and sent running towards the base he’d patrolled. Each strapped with a bomb and carrying a hand-held detonator.

      The pills in their bloodstream meant they felt no pain. Only a headshot would take them down.

      Conversations like this are normal in Tel Aviv. I began to experience the sense of isolation Israelis feel. An isolation that began in the ghettos of Europe and ended in Auschwitz.

      Israel is a refuge — but a refuge under siege, a refuge where rockets rain death from the skies. And as I made the effort to empathise, to look at the world through their eyes. I began a new intellectual journey. One that would not be welcome back home.

      The problem began when I resolved to come back with a film that showed both sides of the coin. Actually there are many more than two. Which is why my film is called Forty Shades of Grey. But only one side was wanted back in Dublin. My peers expected me to come back with an attack on Israel. No grey areas were acceptable.

      An Irish artist is supposed to sign boycotts, wear a PLO scarf, and remonstrate loudly about The Occupation. But it’s not just artists who are supposed to hate Israel. Being anti-Israel is supposed to be part of our Irish identity, the same way we are supposed to resent the English.

      But hating Israel is not part of my personal national identity. Neither is hating the English. I hold an Irish passport, but nowhere upon this document does it say I am a republican, or a Palestinian.

      My Irish passport says I was born in 1983 in Offaly. The Northern Troubles were something Anne Doyle talked to my parents about on the nine o’clock News. I just wanted to watch Father Ted.

      So I was frustrated to see Provo graffiti on the wall in the West Bank. I felt the same frustration emerge when I noticed the missing ‘E’ in a “Free Palestin” graffiti on a wall in Cork. I am also frustrated by the anti-Israel activists’ attitude to freedom of speech.

      Free speech must work both ways. But back in Dublin, whenever I speak up for Israel, the Fiachras and Fionas look at me aghast, as if I’d pissed on their paninis.

      This one-way freedom of speech spurs false information. The Boycott Israel brigade is a prime example. They pressurised Irish supermarkets to remove all Israeli produce from their shelves — a move that directly affected the Palestinian farmers who produce most of their fruit and vegetables under the Israeli brand.

      But worst of all, this boycott mentality is affecting artists. In August 2010, the Ireland-Palestine Solidarity Campaign got 216 Irish artists to sign a pledge undertaking to boycott the Israeli state. As an artist I have friends on this list — or at least I had.

      I would like to challenge my friends about their support for this boycott. What do these armchair sermonisers know about Israel? Could they name three Israeli cities, or the main Israeli industries?

      But I have more important questions for Irish artists. What happened to the notion of the artist as a free thinking individual? Why have Irish artists surrendered to group-think on Israel? Could it be due to something as crude as career-advancement?

      Artistic leadership comes from the top. Aosdana, Ireland’s State-sponsored affiliation of creative artists, has also signed the boycott. Aosdana is a big player. Its members populate Arts Council funding panels.

      Some artists could assume that if their name is on the same boycott sheet as the people assessing their applications, it can hardly hurt their chances. No doubt Aosdana would dispute this assumption. But the perception of a preconceived position on Israel is hard to avoid.

      Looking back now over all I have learnt, I wonder if the problem is a lot simpler.

      Perhaps our problem is not with Israel, but with our own over-stretched sense of importance — a sense of moral superiority disproportional to the importance of our little country?

      Any artist worth his or her salt should be ready to change their mind on receipt of fresh information. So I would urge every one of those 216 Irish artists who pledged to boycott the Israeli state to spend some time in Israel and Palestine. Maybe when you come home you will bin your scarf. I did.

      Nicky Larkin’s ‘Forty Shades of Grey’ will premiere in Dublin in May;

      http://www.facebook.com/ fortyshades;

      http://www.nickylarkin.com

  14. spritzer qui nous fait encore son pleurnichard habituel… c’est sûr que lorsqu’on tente de poignarder un soldat, et qu’on lance des pierres de la grosseur d’une brique et souvent même plus grosse, il n’a pas de quoi à fouetter un chat, n’est-ce pas ? On sait que peu importe ce qu’Israel fait c’est mal par natur… Alors pas la peine de venir t’époumoner et nous montrer tes larmes que tu garde exclusivement pour “les palestiniens”. Retourne dont sur le blogue à hétu qui est beaucoup plus de ton niveau. Dans ton cas rien ne sert de gaspiller l’ancre, tu es ma foi, irrécupérable.

    P.S: moi aussi j’ai des liens, même des vidéos prise qui démontre leurs manifs”pacifiques”, comme tu dis… Mais cela ne servira à rien, donc.

    • Si vous avez des vidéos intéressantes, il faut les mettre au contraire. Quant à l’ancre (sic), si c’est pour présenter un commentaire copier-coller de 2 pieds de long, vous pouvez la garder au port ça ne m’intéresse pas.

  15. Monsieur Ouellette (le père ou le fils), que pensez de la tournure qu’a prise la manifestation non-violente de Palestiniennes à Qalandiya à l’occasion de la journée internationale des femmes? Elles manifestaient contre l’occupation et elles ont été reçues par des gaz lacrymogènes, des canons à eau polluée, des sound bombs et des balles de caoutchouc. Est-ce que ce genre de comportements ne devraient pas être dénoncés, même par les supporteurs d’Israël?

    International Women's Day, Qalandia checkpoint, West Bank, 8.3.2012

    On demande aux Palestiniens de s’en tenir à la non-violence, mais ça ne change rien à la réponse israélienne. C’est pourquoi un mouvement comme le BDS est nécessaire.

    • Meme des sources propalestiniennes admettent que la manifestation n’était pas pacifique: http://www.palestinemonitor.org/?p=4380

      Le mouvement BDS prônant la destruction d’Israël, sa seule utilité est de convaincre les Israéliens qu’il ne sert à rien de faire des compromis avec les Palestiniens.

      • C’est vrai, ce n’était pas pacifique, ça a créée un embouteillage. Sinon, si vous faites allusion à ce passage: “Back in Qalandia, as the youth gathered by the wall, stones began flying towards the soldiers.” il est la description de ce qui s’est produit APRÈS que les manifestantes eurent été repoussées comme des criminels.

  16. On a la version israélienne qui nous dit que la consommation d’eau est presque égale entre les deux groupes, et tous les autres qui présentent des chiffres différents.

    Palestinians have access to only a fifth of the water supply, while Israel, which controls the area, takes the rest, the bank said.

    Israelis use 240 cubic metres of water a person each year, against 75 cubic metres for West Bank Palestinians and 125 for Gazans, the bank said.
    http://www.guardian.co.uk/world/2009/may/27/israel-palestinian-water-dispute

    Qui croire?… Bien sûr ils ont également droit à une part de l’eau, même si elle trouve sa source en Cisjordanie. Mais présentement cette part est disproportionnée à cause de l’occupation. Ne venez pas me dire que les colons consomment plus ou moins la même quantité que les Palestiniens! Et jusqu’à preuve du contraire, ils sont là illégalement, ne l’oublions pas dans les calculs.

    “Second, Israel’s historical possession of the Mountain Aquifer was established in the 1940s and is unconnected to the Occupation.” Vraiment? Toute cette eau qui prend sa source en Cisjordanie leur appartient?

  17. Malheureusement, monsieur Ouellette ne nous donne pas son opinion sur l’occupation et la colonisation qui sont les causes de l’activisme à l’encontre d’Israël.

    “Resurgit l’accusation jamais prouvée de détournement de l’eau de ses voisins.”
    Qui reconnait la légalité des colonies en Cisjordanie? Et pourtant

    – Palestinians have been denied access to the Jordan River, their main surface water resource, since 1967.

    – Since 1967, not one permit has been granted to Palestinians to drill a new well in the Western Aquifer, the most productive aquifer basin. Since Oslo, not one new permit for agricultural wells was issued.

    – Unlike the Western and Northeastern Aquifers, the Eastern Aquifer is almost completely situated within the borders of
    the West Bank (with no relevant in- or out-flows from or to Israel). In spite of this geographical location, Israel currently
    abstracts the majority of the well pumpage from this aquifer, through drilling deep wells in the foothills and controls all of
    the powerful spring flow along the Dead Sea (109mcm/yr).

    – There is a gross inequality between consumption rates in the illegal Israeli settlements and Palestinian communities. In the North Eastern West Bank district of Tubas average consumption of water for the 48,000 Palestinians who reside there is 30 litres per person per day. However, the residents of the illegal settlement Beka’ot, just twelve kilometers south of Tubas, consume around 401 litres daily.
    http://www.ewash.org/files/library/2%20Fact%20sheet-%20Water%20Resources%20In%20the%20West%20Bank.pdf

    Là où je suis d’accord avec monsieur Ouellette, c’est lorsqu’il dénonce Stéphane Gendron qui tient effectivement des propos antisémites et qui devrait être retiré des ondes. La juste cause palestinienne n’a pas besoin de ce genre d’individu.

    • Les principales sources d’eau israéliennes sont les mêmes aujourd’hui qu’avant la conquête de la Cisjordanie en 1967, soit le Lac de Tibériade, l’aquifère côtier et les aquifères occidental et septentrional. La répartition de l’eau en fonction des besoins des deux populations a été négociée par les Palestiniens et les Israéliens (accord intérimaire de 1995).

      En outre:

      On the other hand, the Palestinians historically used more water from the Eastern Mountain Aquifer than Israel did, consuming 65 MCM/Y and 35 MCM/Y respectively.36 The groundwater that Israel currently pumps from this basin consists of water that previously flowed to the Jordan Valley or to the Dead Sea (which became saline) and was never exploited by the Palestinians.

      (…)

      Furthermore, the Palestinians have little basis for their water demands according to international legal norms. First, the signed water agreement overrules all other parameters. Second, Israel’s historical possession of the Mountain Aquifer was established in the 1940s and is unconnected to the Occupation. Third, the Palestinians should not exploit groundwater from the Western Aquifer, which is fully utilized by Israel, before first exploiting groundwater from the non-utilized Eastern Aquifer.

      (…)

      The Eastern Mountain Aquifer, the only water source between the Mediterranean Sea and the Jordan River that is not fully exploited, was offered by Israel to the PA for drilling and development. Yet, the PA has been drilling in the western and northern basins – this not only harms the water quality due to potential salinization but also reduces Israel’s access to these resources.

      Source: http://www.biu.ac.il/SOC/besa/MSPS94.pdf

  18. @shoshan: comment savez-vous qu’il s’agissait d’un sketch? Il n’en a pas les apparences, en tout cas.

    • @ attention

      Bonjour à vous,

      Sur Wikipédia :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%80_votre_%C3%A9coute,_co%C3%BBte_que_co%C3%BBte

      Extrait :

      « L’émission est une parodie présentée comme une émission de libre antenne sur la santé[2], mais aucune information ne souligne son caractère parodique ou humoristique. Deux comédiens jouent un couple de spécialistes composé de Margarete de Beaulieu, psychothérapeute et son mari Philippe de Beaulieu, médecin ; ils répondent aux questions de faux auditeurs[1], en débitant les pires des clichés racistes, homophobes, réactionnaire[3] et sexistes[4]. »

      J’ai trouvé le contenu de l’émission trop cliché pour être vrai. Tellement cliché que c’en été drôle. Quelques recherches sur le web ont confirmé mes soupçons, recherches qui m’ont amené à la réaction irréfléchie du CRIF.

      Salutation !

  19. antisrael1 Que cache la haine envers Israël ?  

    Ancien chercheur au CNRS, chargé de mission à la Cité des sciences et de l’industrie et auteur de deux longs-métrages : Autopsie d’un mensonge, le négationnisme
    (2000), et Décryptage (2003), Jacques Tarnéro nous reçoit à Genève pour nous présenter son dernier ouvrage « Le nom de trop : Israël illégitime ? », paru
    en novembre 2011.  

    Quel est l’objectif de cet ouvrage ? Quel message souhaitez-vous faire passer ?

    « Au départ, j’ai écrit ce livre en réponse à celui de Stéphane Hessel « Indignez-vous », paru en décembre 2011 et édité à plus de 1.900.000 exemplaires,
    ce qui est un succès stupéfiant vu la vacuité de l’ouvrage. L’auteur véhicule une bonne conscience comme relai ou substitut de toute pensée. Il prend appui
    ou plutôt prétend s’adosser sur les idéaux de la Résistance au nazisme. Il y a dans cette démarche quelque chose d’extrêmement gênant car la France n’est
    pas aujourd’hui privée de liberté. Les Français ne vivent pas sous un joug totalitaire. Il y a une instrumentalisation d’un symbole pour mieux accabler
    l’adversaire. Et quel est il ? L’unique cause de l’indignation de Stéphane Hessel se nomme Israël. Le Résistant Hessel pointe et nomme le Mal. Pour lui
    et les « indignés », il n’y a pas d’autre puissance maléfique à la surface de la Terre qui mobilise leur énergie que l’action d’Israël en Palestine. Aucun
    indigné n’est descendu dans la rue à ce jour pour dénoncer les massacres en Syrie, au Darfour, au Tibet, en Egypte, pour dénoncer l’épuration ethnique
    contre les Coptes ou les chrétiens d’Irak. Mon livre questionne cette trop bonne conscience , cette indignation sélective, l’analyse et la démonte en essayant
    de prouver, que bien au contraire, c’est Israël qui nous protège tout autant que l’existence de cet Etat et celle de son droit à l’existence, protège les
    libertés (la conscience démocratique, la liberté des femmes, l’esprit critique…). La deuxième raison pour laquelle j’ai choisi d’écrire ce livre réside
    dans ce constat insupportable de l’accablement continu et incessant, de plus en plus grave et de plus en plus menaçant, qui condamne tout ce que fait Israël,
    quoi qu’il fasse, la paix comme la guerre. Aujourd’hui, c’est sa légitimité, son droit à exister qui est mis en cause. Avec un acharnement récurrent, ce
    qui est en cause va bien au-delà de la politique menée par Israël. Dans mon livre, je détaille l’histoire de cette condamnation radicale qui est une énigme
    dans l’histoire. »  

    Justement, comment expliquer qu’Israël est sans cesse remis en question, délégitimisé, accusé et utilisé pour déverser sa haine contre les Juifs ?

    « Récemment, l’historien israélien Shlomo Sand a reçu un accueil très favorable de la critique et le prix « Aujourd’hui » pour son livre intitulé « Comment
    le peuple juif fut inventé ». Le peuple juif serait donc une invention, une notion artificielle puisque une création artificielle. Si l’on considère que
    les ayant-droits d’un peuple, seraient le droit à une patrie, à un Etat sur un territoire donné, alors l’Etat que ce peuple inventé revendique n’a pas
    de raison d’être puisque ce peuple n’a pas de légitimité à se nommer tel, qu’il n’existe pas. Ce serait donc une « imposture ». Pourtant, le concept de
    peuple se définit comme l’ensemble des personnes qui se reconnaissent en lui. Un peuple possède des attributs constitutifs (une religion, une langue, un
    alphabet, des coutumes, une histoire commune…). Il se trouve que ce livre dénie aux Juifs la qualité de peuple, alors que dans son histoire et depuis sa
    création, on répète dans les textes et la liturgie : « l’an prochain à Jérusalem ». S’il y a un groupe humain qui possède ces critères, ce sont bien les
    Juifs dont l’histoire, y compris dans leur dispersion, montre la pérenité comme peuple. A Paris, une grande figure du monde intellectuel, Alain Badiou,
    professeur à l’Ecole normale supérieure, (qui avait signé en 1979 une tribune dans Le Monde intitulée « Kampuchea vaincra », dans laquelle il soutenait
    le pouvoir khmer rouge, responsable du génocide cambodgien), aujourd’hui gourou de la gauche radicale, a mis en cause la pertinence de la notion même du
    « nom Juif » . Si ce « nom » Juif n’a pas de pertinence, le peuple qui rassemble l’ensemble des « noms juifs » n’a pas, par voie de conséquence, non plus
    de pertinence ni de légitimité. On peut donc dire que les élucubrations de M. Badiou s’articulent et complètent celles de Shlomo Sand. En effet, ce que
    ces deux personnages avancent, montre que l’essence même de la revendication juive et du sionisme serait fausse et mensongère. C’est bien le statut d’Israël
    qui est visé, sa légitimité conceptuelle, puisque les racines de cette histoire mériteraient une remise en cause radicale».  

    Comment réagissez-vous face aux déclarations accusant Israël d’instrumentaliser la Shoah à des fins politiques ?

    « Quand l’Iran menace Israël d’anéantissement, peut on accuser les juifs d’instrumentaliser leur histoire ? Quel peuple peut vivre avec comme mémoire, l’histoire
    de sa destruction et comme perspective d’ avenir une destruction annoncée ? En 1980, Robert Faurisson déclare que « la prétendue Shoah et le prétendu génocide
    des Juifs sont un seul et même mensonge qui a servi a escroquer le peuple allemand, le peuple palestinien et dont les bénéficiaires sont l’Etat d’Israël
    et le sionisme international » ! Cette « invention » désigne donc les juifs comme étant des imposteurs qui auraient inventé l’histoire de leur propre martyre. En
    1977, le journal Le Monde, considéré comme le journal de référence, avait publié sur une pleine page deux articles de volume égal, un texte de Robert Faurisson
    déclarant que les chambres à gaz n’avaient jamais existé, et sur l’autre moitié de la page, celui de Georges Wellers, premier historien de la déportation,
    déclarant le contraire. Le fait que le quotidien ait mis sur un pied d’égalité un mensonge et une vérité a introduit un poison radical sur le « signe juif
    » et sur ce qu’était et faisait Israël. En 1982, au moment de la première guerre du Liban, le journal Témoignage Chrétien avait publié un article intitulé
    « Les Palestiniens dans Beyrouth comme les Juifs dans le ghetto de Varsovie ». Ici, le lecteur se demande finalement qui sont les nazis. Le non-dit de
    ce titre induit alors l’idée qu’Israël a une pratique nazie et représente le « Mal absolu ». Les choses vont ensuite se succéder avec la seconde Intifada.
    A cette période, la célèbre image du petit Mohammed Al-Dura, présenté comme mort dans les bras de son père avait été mise en avant. Une journaliste d’Europe
    1 avait alors commenté cette photo en déclarant que cette image annulait celle du petit garçon juif en culotte courte, prise dans le ghetto de Varsovie.
    Une fois de plus, si cette photo annule la première, on se demande qui est le SS. C’est à cette période que la mise en place symbolique de la nazification
    d’Israël a commencé. Récemment, lors de la flotille humanitaire censée apporter des médicaments périmés à Gaza, des soldats israéliens ont tué neuf turcs
    d’un mouvement islamiste fanatique. Suite à cette affaire, des manifestations dans Paris et à Londres ont été organisées par des activistes affichant des
    banderoles présentant un signe = entre la croix gammée et l’étoile juive. Autre exemple lors du séisme en Haïti, à la suite duquel une équipe médicale
    israélienne est venue apporter son aide. Des médias arabes ont déclaré que cette équipe était en fait venue pour effectuer des prélèvements d’organes.
    Ce mensonge présenté comme un fait avéré a été repris et mis en avant pendant quinze jours sur le site du Nouveau Parti Anticapitaliste d’Olivier Besançenot,
    qui s’est ainsi fait le relai d’une rumeur moyenâgeuse. Les choses ne s’arrêtent pas là. Désormais, des « humoristes » tel que Dieudonné diffusent dans
    l’opinion publique cette haine visant à nazifier les Juifs et tout ce qui vient d’Israël. Comment un passage à l’acte criminel, l’assassinat d’un jeune
    juif innocent en 2006, Ilan Halimi, a-t-il pu se produire ? Un député français, Julien Dray avait déclaré : « Dieudonné en a rêvé, et Fofanna l’a fait
    ! ». Avait-il tort ? Etait-ce abusif ? Sûrement pas. Le gang des barbares n’a certainement pas lu Badiou, ni Sand, ni Gobineau, ni Le Pen… par contre,
    un air du temps lui a soufflé que kidnapper un Juif pour rançonner sa « communauté riche et puissante », était quelque chose de faisable. La raison de
    ce passage à l’acte réside dans les préjugés diffusés dans la culture du lumpen proletariat de banlieues qui laissent croire que les Juifs sont nuisibles,
    solidaires et ont de l’argent. » Ceci dit pour répondre précisément à votre question, je pense qu’il y a eu de la part des mileux juifs une invocation
    abusive de l’histoire de la shoah comme étant la mesure du Mal absolu et que ceci fut une erreur, car dans sa singularité et dans son unicité, la shoah
    ne peut pas être désignée comme la représentation d’un Mal indépassable. Il n’y a pas de physique du Mal, c’est absurde. Depuis, il y a eu d’autres crimes
    terrifiants et on ne sauraient les mesurer comparativement, au Cambodge, au Rwanda. Chaque grand crime possède son unicité. Il faut aussi se méfier de
    ceux qui ne versent de larmes sur la shoah que pour mieux dénoncer Israël. Il y a un usage alibi de cette compassion pour les morts tandis qu’on accable
    les vivants. La nouvelle haine des Juifs se repait de son amour pour les Juifs morts. »
    Dans votre livre, vous parlez également de boycott d’Israël. Ce boycott est de plus en plus présent dans le monde et notamment en Suisse. Ne craignez-vous
    pas que votre livre soit, lui aussi, boycotté ?

    « C’est la Chine qui devrait être boycottée. Ce pays est d’ailleurs en train de faire disparaître le peuple tibétain, mais personne n’en parle. Pourtant,
    une dizaine de moines tibétains se sont immolés par le feu pour interpeller le monde du sort fait à leur pays et à leur peuple. Cependant, à la différence
    des bombes humaines, qui ne sont pas des suicides mais des actes jubilatoires, l’immolation des moines est, elle, un vrai geste de désespoir. Le seul fait
    de nommer un « attentat suicide » une bombe humaine qui tue en se détruisant, c’est entrer dans la stratégie terrifiante de ceux qui l’ont inventée comme
    arme contre Israël. En effet, la bombe humaine, le prétendu suicidé, induit une compassion pour celui qui se fait exploser et culpabilise ses victimes
    puisqu’il « se suicide ». C’est ne rien comprendre à la folie islamiste que de nommer les choses ainsi. Quant à mon livre, sorti le 2 novembre 2011, il
    a été envoyé dans toutes les rédactions en France mais à ce jour, c’est le silence total. Il n’y a qu’aux Etats-Unis et en Belgique ou dans les communautés
    juives que j’ai été invité à en parler. Je pense que ce livre dit un certain nombre de choses qui ne veulent pas être entendues et surtout pas débattues.

    Selon vous, que faudrait-il faire pour changer les mentalités ou le regard des journalistes afin de redonner une image réelle et positive d’Israël ?

    « Je n’ai aucune solution car nous ne sommes pas dans l’ordre du rationnel. Ce qui est dit sur Israël relève des mêmes catégories de fantasmagories que
    crée l’antisémitisme classique. Les juifs sont encore aujourd’hui accusés de tous les malheurs du monde. Dans le monde arabe c’est une évidence. En Egypte
    par exemple, une touriste allemande a été attaquée par un requin à Sharm el Sheikh. Commentaire du directeur du tourisme égyptien : « ces requins ont été
    dressés par le Mossad ». En ce qui concerne la France et l’Europe, l’accablement d’Israël a une fonction thérapeutique, permettant aux Européens de dire
    « Vous, les Juifs-israéliens, faites aux palestiniens ce que nous vous avons fait durant la Seconde guerre mondiale». La particularité française consiste,
    quant à elle, à dire que les Juifs-israéliens font subir aux Palestiniens ce que les Français ont fait subir aux Algériens. Ainsi, les consciences ressortent
    blanchies et propres. Les dettes de culpabilité sont épongées. Tout ceci n’est pas de l’ordre de la raison. Au dernier festival de Cannes, le cinéaste
    Lars Von Triers a eu des mots qui ont faché, mais pas tous : il a trouvé de bonnes excuses à Hitler, ce qui lui a valu des réprimandes et a ajouté « Israël
    fait chier », mais n’a reçu aucune réprimande, car en effet, c’est une opinion souvent partagée dans la meilleure des bonnes consciences, que celle qui
    dit que sans Israël, la terre tournerait mieux … Que faudrait-il faire ? La seule strtégie possible serait de sortir de notre solitude et de l’enfermement
    judéo-juif. Il faut dire aux Européens et aux peuples vivant dans des démocraties ce que José Maria Asnar, ancien premier ministre espagnol, avait déclaré
    : « Si Israël tombe, nous tomberont tous ». Ce qui menace Israël vous menace. Ce qui menace Israël menace nos libertés, la liberté des femmes. Israël est
    bien la première ligne de front, mais c’est l’Europe en tant qu’ensemble culturel qui est déjà malmenée. Or, les démocrates européens n’osent pas nommer
    les choses, n’osent pas affronter ces nouvelles questions et laissent à l’extrême droite le libre champ pour des délires symétriques. Le sabotage, par
    des islamistes, d’une rencontre à Bruxelles, à l’ULB, autour de Caroline Fourest, pour son enquête sur l’extrême droite, montre la sainte alliance qu’il
    existe entre intégristes de tous poils.
    Compte tenu de l’actualité, comment voyez-vous l’avenir d’Israël et son influence sur l’avenir des Juifs d’Europe ?

    « On ne peut être que très inquiet ! D’abord parce qu’une menace existentielle est annoncée par le Président de la République iranienne Mahmoud Ahmadinejad,
    qui ne cesse de déclarer qu’il y a un Etat de trop et qu’il va le détruire. On ne peut pas ne pas penser à la déclaration de Goebbels à la Société des
    Nations en 1938 qui déclarait : « nous allons nous occuper des Juifs ». On connaît la suite de l’histoire. Je suis donc très inquiet pour Israël, qui a
    heureusement les moyens de se défendre. Ce petit pays représente trois départements français, face à l’Iran qui représente trois fois la France ! Que va-t-il
    se passer si l’Iran annonce qu’il a la bombe atomique et qu’il compte l’utiliser contre Israël ? Qui va se battre pour Israël, ou à côté d’Israël? La presse
    vient d’annoncer une reprise des négociations avec l’Iran. Comment les Etats occidentaux peuvent ils croire un seul instant à une bonne volonté de ces
    gens là ? Concernant les Juifs d’Europe, le paysage est tout aussi inquiétant. Je pense que les Juifs ont désormais un avenir de « personnages de musée
    ». On les apprécira pour leur finesse d’esprit, leur névrose, leur humour, leur littérature, mais plus comme acteurs politiques du monde réel. Dans certains
    quartiers de France et d’Europe, ils seront marginalisés et peut-être risqueront-ils de devoir marcher la tête basse. Il y a en effet un rapport de force
    qui correspond à la nouvelle donne démographique et culturelle. Et les juifs sont le marqueur, le baromètre de cette nouvelle donne. La présence juive
    en Europe, son avenir est désormais problématique pour autant que les Juifs veuillent s’affirmer tels. Tout ceci n’est que le reflet d’une actualité que
    personne n’ose regarder en face, donc on ne peut être que très inquiet. »
    Par Elodie Benarousse pour la CICAD, 2012.        

  20. Voici un exemple de deux animateurs “nouveaux-antisémites” en train de s’exprimer sur Franceinter:

    http://www.franceinter.fr/content-a-votre-ecoute-coute-que-coute-28

    • Merci pour ce petit bout d’émission… que j’ai trouvée assez drôle. Les deux animateurs jouent effectivement assez bien le rôle de ces “nouveaux antisémites” remplis de préjugés qui se cachent sous le couvert de l’antisionisme. J’ai bien ri du lapsus que l’animateur a fait sur les deux termes vers la fin du sketch.

      Parce que c’est ça que c’est. Un sketch. Un sketch humoristique. Qui parodie le discours néo-antisémite. J’ai été pas mal déçu de la réaction du CRIF (l’équivalent français du CERJI). Ils ont eu l’épiderme très sensible sur ce coup-là. Les juifs, ne sont-ils pas censés avoir le sens de l’humour?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: