Un imam “apôtre du dialogue interconfessionnel” dans la tourmente pour une analogie avec l’Holocauste

Selon Syed Soharwardy, président du Conseil islamique suprême du Canada, à Calgary, la nouvelle directive fédérale interdisant le port du niqab et de la burqa lors des cérémonies d’assermentation de nouveaux citoyens canadiens, témoigne du même climat qui a précédé le génocide des Juifs européens:

“Les musulmans subissent en ce moment la même situation que les Juifs ont connue avant l’Holocauste. A cause de l’intimidation de leur foi, de la médisance sur leur foi, de la médisance sur leur livre, de la médisance sur leurs croyances. C’est ce qui se passait en Allemagne avant l’Holocauste, c’est la même chose aujourd’hui avec les musulmans”, a-t-il déclaré à CTV le 12 décembre dernier.

Des musulmans ont dénoncé, hier, les propos de Soharwardy. L’imam Jamal Hammoud  du Conseil musulman de Calgary a déclaré que “la question du voile est une préoccupation importante pour la communauté musulmane, mais que nous ne devrions pas la comparer à d’autres questions… à l’Holocauste” et ajouté que Soharwardy ne représente qu’une minorité des musulmans de Calgary.

Un autre musulman de Calgary, Rehan Farooq, a dénoncé les propos de Soharwardy dans un courriel adressé à son Conseil. “Des millions de Canadiens sont dégoûtés de l’islam à cause de gens comme lui qui ne font preuve d’aucun tact politique et disent simplement n’importe quoi”, écrit Farooq,”se rend-il compte de ce que ses actions stupides font à notre communauté?”

Soharwardy n’en est pas à sa première analogie incendiaire avec l’Holocauste. En 2006, alors qu’il annonçait la création d’un nouveau journal musulman voué au rapprochement oecuménique, j’avais noté dans mon blogue de l’époque (voir ci-dessous) que dans un article intitulé “Holocaustes musulmans et Jour du souvenir des génocides” publié par son organisation, Soharwardy avait écrit : “En ce moment, ce que les forces israéliennes font aux Palestiniens est pire que l’Holocauste de la Seconde Guerre mondiale”, ajoutant mensongèrement que “plus d’un million de Palestiniens ont été tués, des millions d’entre eux devenus réfugiés, et des millions d’entre eux sont dans des camps de concentration”.

Après que les médias eurent dévoilé ces obscènes tirades, Soharwardy se rétracta et modifia quelque peu les passages en question, maintenant néanmoins son odieuse allégation voulant qu’un million de Palestiniens aient été tués par Israël (Aussi médiatisé soit-il, le conflit-israélo arabe est de basse intensité avec environ 100 000 morts israéliens, arabes non palestiniens et palestiniens depuis 1948).

Plutôt que répondre de ses propos controversés, Soharwardy a tendance à les nier. Alors que le monde occidental volait au secours des sinistrés indonésiens du dévastateur tsunami  en 2004, Soharwardy accusa dans un communiqué de presse des missionnaires chrétiens d’enlever des orphelins musulmans en Indonésie, accusation qu’il niera avoir proférée plus tard, lors d’une rencontre avec le conseil éditorial du Calgary Herald. Membre fondateur de l’Institut islamique de Justice Civile créé pour prôner l’introduction de la charia au pays, Soharwardy dément en 2008 avoir jamais voulu introduire la loi islamique au Canada.

Malgré ces douteux antécédents, Soharwardy s’est taillé une réputation de “modéré”, notamment avec la création du groupe Musulmans contre le terrorisme (lui qui nie que des islamistes soient responsables des attentats du 11-septembre)  et sa traversée à pied du Canada pour manifester contre la violence. Tant et si bien que Radio-Canada, dans un dossier produit à l’occasion du 10e anniversaire des attentats du 11-Septembre, présente Soharwardy comme un “apôtre du pacifisme et du dialogue interconfessionnel”.

On peut comprendre, à la rigueur, que le double langage d’un islamiste aussi sophistiqué que Tariq Ramadan puisse encore échapper à certains. Dans le cas de Soharwardy, on ne peut être que médusé devant autant de naïveté.

Mon billet sur Syed Soharwardy, Judeoscope.ca, 13 avril 2006:

Islamic biweekly newspaper to be launched in Canada

April 13, 2006

From Hour Magazine:

Syed Soharwardy, founder of the Calgary-based Islamic Supreme Council of Canada, was one of the most vocal critics in Canada of the recent controversy over the September 2005 publication in the Danish newspaper Jyllands-Posten of 12 editorial cartoons depicting the Muslim prophet Mohammed. Now, beginning April 15, Soharwardy will get to express his views as editor-in-chief of Canada’s first national Muslim biweekly newspaper, the English-language Muslim Free Press.

“I’ve been thinking about publishing a paper for a long time, but the cartoon controversy exposed how the mainstream media need to understand the values of Islam and Muslim culture,” Soharwardy told Hour this week. “Those cartoons do not refer to freedom of speech. They defame Islam. They defame the entire Muslim community.”

The Muslim Free Press launches officially on April 15 in Toronto, and will also be distributed in Vancouver, Calgary and Montreal, where it will be available for free at the Mohiyul Islam Mosque on Jean-Talon.

My comment:

Syed Soharwardy, who leads the Islamic Supreme Council of Canada, filed a complaint with the Alberta Human Rights Commission against the Western Standard over its reprint of the infamous Mohammed cartoons, calling it “intellectual terrorism”. The Commission has accepted to consider the complaint which, however, is expected to be dismissed. When he first announced the creation of his publication on February 20,2006, in the midst of the cartoon affair, he stated its objective was to better educate Canadians about Islam. Surprisingly, it seems the paper will be exclusively distributed in mosques, places not usually visited by Canadians in need of better understanding Islam. His Alberta-based organization, the Islamic Supreme Council of Canada, was little known until the cartoon affair and even less known is its actual constituency. What does seem certain, though, is that Soharwardy, through nuisance litigation and this new publication, is seeking more media and public attention, something more sophisticated Canadian Islamic groups which advocated a non-confrontational approach in the cartoon affair may not welcome.

As to the orientation of the new publication, Soharwardy’s own writing may give us a clue of what can be expected:

On the Arab-Israeli conflict:

Presently, what Israeli forces are doing to Palestinians is worse than the Holocaust of the (sic) World War II

More than over (sic) a million Palestinians have been killed, millions of them have made (sic) refugees, and millions of them are in the (sic) concentration camps

On September 11:

Majority (sic) of the (sic) Muslims believes that Muslims could not commit these heinous crimes because of the sophistication and precision in the planning and execution of these terrorist attacks (…) Don’t (sic) the world understand as (sic) to who exactly are the real beneficiaries of this episode. On the other side, who will be suffering the most from these terrorist attacks?



Categories: Antioccidentalisme, Islamisme

Tags: , , , ,

1 reply

Trackbacks

  1. Un imam “apôtre du dialogue interconfessionnel” dans la tourmente pour une analogie avec l’Holocauste | MNIQC.org

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: