Discours d’Obama sur Israël: Radio-Canada reconnaît une “erreur d’interprétation”

Le 22 mai dernier, le Téléjournal de Radio-Canada a transformé un discours pro-Israël du président Barack Obama en critique de la démocratie israélienne. En effet,  selon la correspondante de Radio-Canada à Washington  Joyce Napier,  Obama aurait dit devant le principal lobby américain pro-Israël, l’AIPAC, que l’existence d’une minorité arabe en Israël remettait en question la légitimité d’Israël en tant qu’État juif et que tôt ou tard les Arabes israéliens pourraient se soulever contre un prétendu déficit démocratique israélien :

« Mais il y a autre chose qu’il a évoqué et qu’on n’entend pas souvent de la part d’un président américain, il a parlé de cette minorité arabe à l’intérieur même d’Israël, 1,5 million d’Arabes. ‘Israël pourra-t-elle s’appeler un État juif’, demande-t-il ? Et que va-t-il se passer si ces Arabes suivent l’exemple d’autres Arabes dans la région et réclament à leur tour la démocratie ? »

Dans une plainte déposée auprès de l’ombudsman de Radio-Canada au nom du Comité Québec-Israël, j’ai soutenu que la journaliste avait donné une interprétation très libre du passage suivant du discours d’Obama:

“Here are the facts we all must confront. First, the number of Palestinians living west of the Jordan River is growing rapidly and fundamentally reshaping the demographic realities of both Israel and the Palestinian Territories. This will make it harder and harder — without a peace deal — to maintain Israel as both a Jewish state and a democratic state”.

Source : Maison Blanche

Puis, j’ai décodé pour Radio-Canada le sens de ces propos:

Or, loin de mettre en garde Israël contre un déficit démocratique interne que sa minorité arabe chercherait à combler en se soulevant, Barack Obama suggère qu’en l’absence d’un accord de paix et de frontières reconnues entre Israël et les Palestiniens, les projections démographiques de la population arabe entre la Méditerranée et le Jourdain conduiront à une majorité arabe sur les territoires combinés de la Cisjordanie, d’Israël et de Gaza. Ce point de bascule démographique atteint et en l’absence d’une solution à deux États pour deux peuples, les Arabes pourraient alors revendiquer la création d’un seul État sur les trois territoires, ce qui imposerait à Israël le choix peu enviable de préserver le caractère juif d’Israël au prix de la démocratie (une éventuelle minorité juive gouvernerait une éventuelle majorité arabe) ou de sacrifier le caractère juif d’Israël pour sauvegarder la démocratie (Israël deviendrait un pays dirigé par une éventuelle majorité arabe).

Radio-Canada a répondu aujourd’hui en acquiesçant que l’interprétation de sa journaliste était erronée :

Vous soulignez que la journaliste a mal interprété un passage du discours du président Obama. Le passage en question faisait effectivement référence à la croissance rapide de la population palestinienne à l’ouest de la rivière du Jourdain et à ses impacts sur les réalités démographiques d’Israël et des territoires palestiniens (…).

Joyce Napier a plutôt compris que M. Obama parlait spécifiquement de la minorité arabe vivant en Israël, ce qui l’a amenée à donner une autre signification aux propos du président sur cette question. La journaliste était alors en conversation avec la chef d’antenne du Téléjournal et devait résumer en quelques minutes les points forts de ce discours.

Nous sommes désolés de cette erreur d’interprétation et nous avons ajouté un lien vers une mise au point, adjacent au lien du reportage de Joyce Napier sur la page web :

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/05/22/006-obama-etat-palestinien.shtml

Cette mise au point est fort appréciée, mais il reste que le reportage erroné aura été vu par davantage de gens. En outre, on se demande comment l’ancienne correspondante de Radio-Canada à Jérusalem en arrive à déformer à ce point un enjeu familier pour les observateurs du conflit israélo-arabe.



Categories: Médias

Tags: ,

5 replies

  1. Nous avons bien reçu vos commentaires concernant l’entrevue d’Anne-Marie Dussault avec le professeur Sami Aoun lors de l’émission 24 heures en 60 minutes du 19 mai dernier, à la suite du discours du président américain appelant à la création d’un État palestinien sur la base des frontières de 1967.

    Nous avons pris bonne note de vos commentaires et nous tenons à nous excuser de ne pas avoir pu vous répondre plus rapidement.

    Le but de cette entrevue était d’analyser la position de l’administration Obama en faveur de la création d’un État palestinien sur la base des frontières de 1967. Un bref rappel de l’évolution des frontières entre la Palestine et Israël permettait de situer les frontières de 1967. Les cartes servaient de mise en contexte qui se voulait très générale. L’entrevue ne s’attardait pas sur ces cartes. Elle visait essentiellement à saisir l’impact de la position américaine et les défis de taille qui attendent Israéliens et Palestiniens pour en arriver à une entente sur cette base.

    En ce qui concerne le compte rendu du discours du président Barack Obama devant les membres de l’APAIC par la journaliste Joyce Napier, il y a bien un lien vers une mise au point sur la page web, que voici :

    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/05/22/006-obama-etat-palestinien.shtml

    Nous vous rappelons que vous pouvez, si vous le jugez nécessaire, faire de nouveau appel à l’ombudsman. Le bureau de l’ombudsman est une instance d’appel indépendante (ombudsman@radio-canada.ca).

    voila ce qui est bidon a rc

  2. Nous avons bien reçu vos commentaires concernant l’entrevue d’Anne-Marie Dussault avec le professeur Sami Aoun lors de l’émission 24 heures en 60 minutes du 19 mai dernier, à la suite du discours du président américain appelant à la création d’un État palestinien sur la base des frontières de 1967.

    Nous avons pris bonne note de vos commentaires et nous tenons à nous excuser de ne pas avoir pu vous répondre plus rapidement.

    Le but de cette entrevue était d’analyser la position de l’administration Obama en faveur de la création d’un État palestinien sur la base des frontières de 1967. Un bref rappel de l’évolution des frontières entre la Palestine et Israël permettait de situer les frontières de 1967. Les cartes servaient de mise en contexte qui se voulait très générale. L’entrevue ne s’attardait pas sur ces cartes. Elle visait essentiellement à saisir l’impact de la position américaine et les défis de taille qui attendent Israéliens et Palestiniens pour en arriver à une entente sur cette base.

    En ce qui concerne le compte rendu du discours du président Barack Obama devant les membres de l’APAIC par la journaliste Joyce Napier, il y a bien un lien vers une mise au point sur la page web, que voici :

    http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/05/22/006-obama-etat-palestinien.shtml

    Nous vous rappelons que vous pouvez, si vous le jugez nécessaire, faire de nouveau appel à l’ombudsman. Le bureau de l’ombudsman est une instance d’appel indépendante (ombudsman@radio-canada.ca).

    voila la reponse bidon qu on m’a donnee

  3. “… comment l’ancienne correspondante de Radio-Canada à Jérusalem en arrive à déformer à ce point un enjeu familier …” :

    L’influence de son éminent collègue Charles Enderlin, peut-être ?

  4. Comme d’habitude, Radio-Canada va corriger ses erreurs sur le site Web que les téléspectateurs ne verront jamais….Radio-Canada sait enfoncer les mensonges dans la tête des gens et trouve toujours le moyen de nier son véritable problème qui est l’absence de professionnalisme d’un grand nombre de ses correspondants….

  5. Encore une fois de plus, dans sa saga de désinformations et de prises de positions partiales concernant le Proche-Orient, Radio-Canada francophone est tenu à faire une mise au point concernant, une mauvaise interprétation d’un passage d’un discours officiel, de sa part.

    C’est quoi ce problème répétitif chez Radio-Canada francophone. Si ce n’est qu’un manque de connaissance du Proche-Orient ou une incapacité à interpréter correctement un discours, un complément de formation journalistique serait de mise et souhaitable.

    Sans cela, nous pourrons en conclure que Radio-Canada francophone, a un agenda caché de partialité.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: