A propos de l’entente de réconciliation entre le Fatah et le Hamas

Mise à jour, 18h36: tel que je le prévoyais dans mon billet matinal, l’Égypte a annoncé qu’elle lèverait son blocus sur le Hamas.

En signant, hier, une énième entente de réconciliation avec le Hamas pour paver la voie à un gouvernement palestinien d’unité nationale, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas espère avoir pansé le talon d’Achille de sa diplomatie. En effet, l’accord “historique” s’inscrit dans la démarche diplomatique entreprise en 2009 par Abbas et son premier ministre Salam Fayyad qui substitue aux négociations de paix avec Israël l’établissement unilatéral d’un État palestinien dans les “frontières de 1967” (lignes d’armistice de 1949) avec Jérusalem-Est pour capitale. Au mois de septembre prochain, l’Autorité palestinienne compte demander à l’Assemblée générale de l’ONU de reconnaître l’État palestinien. Toutefois, à défaut de gouverner Gaza, Mahmoud Abbas peinait à convaincre ses interlocuteurs internationaux de la viabilité de son projet tant que les Palestiniens étaient géographiquement et politiquement divisés entre la Cisjordanie sous contrôle du Fatah et la bande de Gaza dominée par Hamas.

Or, si on comprend pourquoi le Fatah tenait tant à former un gouvernement d’unité nationale avec le Hamas, pourquoi les islamistes palestiniens acceptent-ils d’appuyer le projet d’un État palestinien sur une partie des territoires qu’ils revendiquent, lorsqu’on sait que le Hamas demeure déterminé à “libérer” tout Israël? C’est que l’établissement unilatéral d’un État palestinien permet aux Palestiniens d’avoir le beurre et l’argent du beurre: un État palestinien sans paix, ni reconnaissance d’Israël, sans concessions ni accords avec Israël, bref, un État palestinien en état de conflit avec Israël.

L’entente elle-même comprend tous les éléments pour entraver un retour éventuel aux négociations de paix. Le Hamas a déclaré, hier, que l’entente comblait toutes ses demandes. Cela signifie qu’il ne renoncera pas au terrorisme et ne reconnaitra ni Israël, ni les accords d’Oslo qui ont mis sur pied l’Autorité palestinienne que le Hamas intégrera. Cela signifie aussi que l’entente, conclue avec la médiation de l’Égypte, lèvera probablement le blocus égyptien sur le Hamas permettant du coup à l’Iran d’accélérer l’armement des islamistes palestiniens. De plus, le Hamas a révélé que l’entente prévoit la fusion de ses “forces de sécurité” avec celles de l’Autorité palestinienne et la libération de ses prisonniers en Cisjordanie. Bref, l’Autorité palestinienne a choisi de mettre un terme à sa coopération sécuritaire avec Israël qui avait facilité une meilleure circulation des biens et des personnes en Cisjordanie et contribué à l’essor économique du territoire palestinien.

En somme, ce projet de gouvernement d’unité nationale, s’il voit le jour, enfoncera le dernier clou dans le cercueil des négociations israélo-palestiniennes et bloquera sans aucun doute tout nouveau retrait israélien de la Cisjordanie.



Categories: Diplomatie, Moyen-Orient

Tags:

5 replies

  1. Génocide palestinien ? Une population multipliée par 8 en 60 ans !

    Connaissez-vous beaucoup de peuples au monde qui se disent être victime d’un génocide, et dont la population a augmenté par 8 en 60 ans ? Objectivement, hormis les “éternelles victimes” palestiniennes, je ne vois pas.

    Alors que les Palestiniens se préparent à marquer le “Jour de la Nakba”, les statisticiens ont publié les chiffres officiels montrant que la population palestinienne est aujourd’hui 8 fois supérieur celle de 1948.

    La Nakba, ou catastrophe, se réfère aux combats lancés par les troupes arabes pour exterminer une fois pour toutes les Juifs qui vivaient alors dans le nouvel État d’Israël (alors que les “Palestiniens” venaient de refuser de créer un état). Lors de ces combats, connus sous le nom de guerre d’Indépendance d’Israël, 700.000 arabes ont quitté leurs maisons à l’appel des troupes égyptiennes, syriennes et jordaniennes qui demandaient, via la radio « de partir de vos maisons le temps que nous jetions les juifs à la mer ». Ils sont partis et ne sont plus jamais revenus. Malgré le peu d’armes israéliennes, l’État Juif a donné sa première leçon aux armées islamistes.

    Quoi qu’il en soit, la population “palestinienne” de cette année-là était de 1,4 millions de personnes (notons que le terme “Palestinien” n’a été créé qu’en 1967. Avant cela, personne n’avait jamais été palestinien.). Aujourd’hui, on compte à travers le monde 11 millions de “Palestiniens”, dont 5.5 millions en Judée-Samarie et à Gaza (tandis que l’on compte 5.7 millions de Juifs en Israël.).

    Avec les taux de croissance actuels, les populations juives et palestiniennes devraient être identiques d’ici 2014 (6.1 million) et les “Palestiniens” devraient être 7.2 millions en 2020 contre seulement 6.7 millions de juifs.

    Les soi-disant réfugiés, qui n’ont de réfugié que le nom puisque seul un infime pourcentage de ces “réfugiés” était né en 1948, sont en hausse de 44%. Les “Palestiniens” sont aujourd’hui le seul peuple au monde où le statut de réfugié se transmet de génération en génération. Et pour cause, les peuplades arabes qui les accueillent (en Jordanie, en Syrie, etc…) refusent de leur donner la nationalité. On parle ici d’un apartheid complètement ignoré.

    Autre chiffre intéressant : les 154.000 “Palestiniens” qui ont décidé de rester dans le nouvel État d’Israël en 1948 se sont transformé en 1.36 millions en 2011… Dont 40.6% de cette population à moins de 15 ans.

    Selon les chiffres, il y a exactement 2,5 millions en palestiniens en Judée-Samarie, 1,6 millions dans la bande de Gaza, et 386.000 dans le gouvernorat de Jérusalem. 62,1 % vivent dans les zones reprises par Israël en 1967.

    Jeremiah Albert – JSSNews

  2. Des négociations de paix avec le fossoyeur des Accords d’Oslo? Celui qui a comparé ces accords à la stratégie d’apaisement de Chamberlain envers Hitler? Celui qui a fait des discours devant des foules d’extrême-droite qui réclamaient la mort de Rabin avant l’assassinat de ce dernier? Quand on connait l’individu, on sait que toutes négociations de paix avec lui est synonyme de mascarades et de farces macabres.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: