Après le “radical chic”, le “tyrant chic” *

“Elle est glamour, jeune et très chic – la plus fraîche et la plus magnétique des premières dames”. C’est par ces mots que s’ouvre l’essai du numéro actuel de Vogue sur Asma al-Assad, épouse du dictateur syrien Bachar al-Assad.

Le clan Assad dirige d’une main de fer la Syrie depuis 1970. Ce règne a été marqué par le massacre , en 1982, de 17 000 à 40 000 personnes dans la ville de Hama pour réprimer un mouvement de révolte des Frères musulmans, l’occupation du Liban et une interférence continue dans ses affaires nationales, le soutien du Hezbollah et des factions palestiniennes opposées à toute négociation avec Israël et le déni des droits les plus fondamentaux aux Syriens.

Voici ce que dit Amnistie Internationale de la violation systématique des droits de l’homme en Syrie dans son rapport pour l’année 2010:

Les autorités ne toléraient toujours pas la dissidence. Des détracteurs du gouvernement, des défenseurs des droits humains et des opposants présumés, entre autres, ont été maintenus en détention, le plus souvent pendant de longues périodes ; certains ont été condamnés à des peines d’emprisonnement à l’issue de procès inéqui-tables. Cette année encore, des actes de torture et des mauvais traitements ont été couramment infligés et les auteurs de ces violences restaient impunis ; plusieurs cas de mort en détention dans des circonstances suspectes ont été signalés. Le gouvernement n’a pas éclairci les circonstances dans lesquelles des détenus ont été tués en 2008 dans la prison militaire de Sednaya, et il n’avait toujours pas donné d’informations sur le sort de milliers de personnes victimes de disparition forcée au cours des années précédentes. Les femmes étaient victimes de discrimination dans la législation et en pratique, et elles subissaient des violences. La minorité kurde était toujours soumise à la discrimination, et des milliers de Kurdes de Syrie étaient de fait apatrides. Huit prisonniers au moins ont été exécutés.

Mais qu’importe? Asma al-Assad, cette “rose du désert”, se chausse chez Christian Louboutin, porte des agates et des lunettes Chanel et  se déplace en jet Falcon 900 aux quatre coins du pays dominé par son époux liberticide pour convaincre les jeunes Syriens des vertus de la “citoyenneté active”. Comme on dit en latin, “be careful what you wish for”:

* Des amis Facebook me signalent que “tyran” s’écrit sans “t”. Je les en remercie, mais comme l’expression “radical chic” est d’origine américaine et se prononce à l’anglaise même en français (c’est plus “fashion”), j’ai opté pour la formule “tyrant chic” dans la langue de Shakespeare.



Categories: Moyen-Orient

Tags: , ,

1 reply

  1. cet article me degoute. Honte pour Vogue qui soutient le régime de ce dictateur. Boycontons ce magasine de merde. J’ai honte…triplement honte……

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: