La fantasmagorie anti-occidentale de l’extrême-gauche expliquée par Mathieu Bock-Côté

Dans la foulée du tollé suscité par la participation d’Amir Khadir au boycott de la boutique Le Marcheur parce qu’elle vend des souliers fabriqués en Israël, Mario Dumont a reçu hier soir Mathieu Bock-Côté qui expose la vision manichéenne de l’extrême- gauche qui divise le monde entre le mal absolu incarné par un axe américano-sioniste et le bien absolu incarné par ses “bonnes intentions”, qui basculent, comme dans le cas du boycott du Marcheur, dans l’autoritarisme et le déni de la diversité des points de vue dans l’espace public.

J’ajouterais, avec Pierre-André Taguieff, que cette fantasmagorie idéologique déborde de l’extrême-gauche et pénètre certaines élites occidentales:

Tout d’abord, une grande partie des élites occidentales s’est convertie depuis les années 1980 à la vision d’un nouvel avenir radieux : celui de la société post-nationale, ou de la « démocratie cosmopolite », impliquant la disparition progressive des États-nations, considérés comme de déplorables survivances. Or, Israël est un État-nation démocratique, caractérisé même par sa démocratie forte. Il incarne l’exception gênante. Son existence même est perçue comme un scandale. Ensuite, Israël, grande puissance régionale, est jumelé avec les États-Unis, l’hyper-puissance mondiale, pour faire l’objet d’une même dénonciation, sur l’air de l’anti-impérialisme. (…) Le populisme misérabiliste ambiant pousse à la haine de la puissance, sur la base d’un amalgame polémique : « puissance = injustice » (comme si les « faibles » étaient nécessairement « justes » !)



Categories: Amir Khadir, Antioccidentalisme, Antisionisme, BDS, Québec Solidaire

Tags: , ,

4 replies

  1. Coucou le blog.
    Très bon article comme d’habitude. Continuez comme cela c’est un plaisir de vous lire.
    A très prochainement et une grande année 2011 !

  2. Oui, ca fait du bien cette vidéo. Bravo à l’émission de Dumont ! À quand Mathieur Bock Côté à radio canada ????!

  3. Il est bollé ce Mathieu Bock-Côté. J’adore. Celui qui ne comprend pas après avoir écouté ce vidéo ne comprendra jamais.

    Et oui les victimes de l’Apartheid ont raisons de se sentir insulté par l’ultra-gauche. Terme que je n’avais jamais entendu et qui trace bien la ligne entre libéralopéquistes et QS. C’est pas le même gang du tout. Il y a beaucoup de libéralopéquistes qui sont amis d’Israël ou qui ne s’intéressent pas à elle n’ayant pas d’opinion tout simplement.

    Lorsqu’on exagère trop ça finit toujours par de l’abus. D’ailleurs juste le nom Paju est abusif et trompeur. Je connaissais pas ça avant et en faisant des recherches on laisse supposer que c’est une organisation fondée par des palestiniens et des juifs amis etc C’est pas ça du tout. Ce sont des fanatiques qui font du terrorisme économique.

    Un peu de difficulté à comprendre qu’on puisse obstruer la porte d’un commerce à Montréal. Ça n’existe pas ailleurs au Québec. C’est dire à quel point Montréal est rendu bas.

    Merci pour le vidéo. Je ne suis pas regardeux de télé ni un fouineux de youtube mais ça fait du bien de voir du monde raisonnable fois de temps en temps. Ça redonne confiance.

  4. Brillante et excellente intervention! Le mot « apartheid » devrait être une appellation d’origine contrôlée: à utiliser uniquement pour désigner le type de discrimination qui s’est déroulée en Afrique du Sud. De même pour la « Shoah », qui ne devrait être utilisée que pour décrire le type de génocide que les Juifs ont subi sous les nazis.

    Comme à la fois M. Lisée et M. Khadir citent un prix Nobel de la paix pour défendre leur point de vue négatif envers Israel, je me permets d’en citer un également. Voici ce que disait Shimon Peres:

    ” I am against territorial compromise without peace, and I don’t see peace” (p. 348) If settlement was permissible, it should be allowed everywhere. “I don’t understand why it’s okay to settle in the Jordan rift and not in the Samaria mountains… I don’t understand why settling in the Golan Heights is considered something left wing and settling in Ofrah next to Jerusalem is a right-wing act.” (p. 346)

    Shimon Peres avait une admiration sans borne pour Moshe Dayan. Et que disait Moshe Dayan: “our visa to Judea and Samaria is that they are Judea and Samaria and we are the people of Israel.” (p.295)

    Quant aux plans machiavéliques que les esprits trop versés dans les Protocoles des Sages de Sion (un faux; donc nécessairement un best seller dans les pays arabes!) imputent à Israel, la réalité les contredit:

    “More than deciding on settlements, the government drifted into permitting it” (p.160).

    “I won’t give you permission, but if you settle, I won’t give instructions to remove you. ” (Moshe Dayan, p.271).

    Les pages réfèrent à “The Accidental Empire; Israel and the birth of the settlements; 1967-1977″, de Gershom Gorenberg (Times Books, 2006)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: