Témoignage d’une survivante du massacre de l’église de Notre-Dame du Perpétuel Secours à Bagdad

Il n’y a qu’un seul pays où les chrétiens d’Orient ne vivent pas dans la terreur de l’islamisme conquérant. Devinez lequel?

Billet reproduit avec l’autorisation de Poste de veille.

Un message à la Conscience du monde :

Traduction

Je suis Michelle, une des otages dans l’église de Bagdad. La messe a commencé à 5 heures. A 5 h15 on était en train de prier, et soudain  les terroristes ont fait irruption dans l’église. On a entendu quelques coups de feu dehors. Il n’y a pas eu de résistance. Ils sont entrés facilement dans l’église. Je ne connais pas leur nombre exact. On s’est éloignés de la porte d’entrée et rapprochés de l’autel. On s’est alors couchés par terre. Quatre hommes se sont approchés, ils avaient l’accent arabe, un seul avait l’accent irakien.

Ils ont fait irruption dans l’église et les gens se sont couchés sous les chaises. Ils ont commencé à tirer et à tuer beaucoup de personnes. Ils ont tué notre diacre. Alors, Frère Wassim est venu pour tenter de calmer la situation. Ils l’ont tué aussitôt. Ensuite, ils ont tué Frère Thaler, près de là où j’étais avec ma sœur avec Odaï mon frère martyr et son petit garçon martyr, Adam, et Martha et sa fille et tout le monde autour de nous.

Un grand groupe de paroissiens étaient rassemblés dans l’église. Ma mère était avec nous, mais elle a été déplacée plus loin. Elle ne voulait pas nous laisser, mais quand les terroristes sont venus, ils nous ont séparés. Ce fut si rapide, je ne comprends pas, ils étaient là tout d’un coup. Ils ont commencé à tirer dans tous les sens, les chaises sous lesquelles on se cachait tombaient, il y avait le gaz et la fumée des grenades, on sentait que tout tremblait autour de nous, nous étions sous les chaises. Ils tiraient partout. Ils ont vu la Croix. Ils ont hurlé : «Infidèles, Allah Akbar».

Un type était debout près de mes pieds. J’ai même senti un fusil contre mes pieds. Je pensais qu’il allait me tuer car j’étais la plus proche du type… J’étais à côté d’Odaï mon frère et de ma belle-sœur, mais le terroriste était tout proche de nous. Alors, ils ont lancé les grenades et le sol tremblait. Notre Sainte Mère Marie nous a protégées, mais les hommes jeunes ont été tués. Ils ont vu un homme chauve, le type a crié Allah Akbar et il l’a tué. Ils n’ont laissé aucun homme jeune,  tous les hommes jeunes ont été tués.

Dans l’endroit où était ma mère, dans la sacristie, ils sont entrés et ils ont lancé des grenades. J’ai pensé «Ma mère est morte, je ne la reverrai plus». Le type était près de moi, il a hurlé «Vous êtes des infidèles, vous irez tous en enfer, mais moi, j’irai au paradis». Ensuite, un Syrien a demandé que la femme avec le portable vienne, (ndlr : sa sœur) j’étais seule et je ne voulais pas laisser ma sœur y aller. Je me suis levée, mais je ne savais pas quoi faire. Il a hurlé : «Si tu n’avances pas, je vais te tuer». Je suis allée près du Syrien qui m’a donné une grenade. Puis il a exigé que j’appelle mon père sur mon portable.

Ils n’étaient pas masqués. Ils ont dit à la télé qu’ils étaient masqués, mais c’est faux, et ils venaient des pays arabes. Seul l’homme à côté de moi était un  Irakien. Il a exigé que je dise par téléphone qu’ils ne nous faisaient pas de mal. J’avais si peur que je ne pouvais pas parler, alors il a répété… tous ces morts, je voyais tous ces corps devant moi. Je voyais les morts, je n’arrivais pas à dire… qu’ils ne nous faisaient pas du mal. Il a dit «On ne vous laissera pas vivre, Chrétiens, vous êtes des infidèles, vous adorez la Croix, mais Allah est le dieu unique, et il ne faut pas adorer la Croix».

Ils ont tiré sur la statue du Christ qui est tombée sur le sol. Ils saccageaient tout. Le chandelier est tombé à côté et je ne sais pas comment je m’en suis sortie. Près de moi, le type a tué mon frère Odaï. Et son petit garçon criait : «Assez, assez». Son fils n’avait que 3 ans, il criait «assez, assez !» Je ne pouvais pas me lever et le prendre dans mes bras car le terroriste était à côté de moi. Adam criait «assez, assez ».

Avant que les forces anti terroristes arrivent, nous avons été retenus en otages pendant 5 heures. Je n’entendais plus le petit Adam. Mais avant, le type lui avait dit quelque chose. La main de mon frère saignait, je ne savais pas si c’était sa main. Puis il fut très silencieux. Alors, le type a hurlé : «Il y a un homme, là, parmi elles, tue-le». Il a tué mon frère. Il y avait aussi une femme à côté d’Odaï. Elle saignait abondamment. Elle a supplié le type : «S’il-vous plaît, achevez-moi, ne me laissez pas souffrir». Il lui a répondu : « Non, souffre, tu feras l’expérience de l’enfer sur terre, et ensuite celui de l’enfer après ta mort. Vous êtes des infidèles», et il hurlait Allah Akbar, Allah Akbar… ».

Mon Dieu, garde ma foi solide. Mon Dieu pardonne mes péchés. Je l’ai entendu hurler, mais je priais mon rosaire. Je priais, la tête baissée et regardant le sol. Il hurlait : «Vous êtes des infidèles ! Vous priez quoi ? Vous adorez quoi ? Vous adorez le Christ ?». Un détail important, le type était blessé, je l’ai entendu dire au Syrien qu’il était blessé et ne pouvait pas marcher. Le Syrien a dit : «Je vais soigner ton pied». Il a refusé et il a dit «Quand les Forces irakiennes vont pénétrer dans l’église, on se fera exploser, on va mourir avec les otages». On ne s’attendait plus à être sauvés. Tous les survivants pensaient qu’ils seraient tués. On voulait prier en mourant. On ne pensait pas sortir vivants de ce Tribunal. Notre Sainte Mère Marie nous a sauvés avec Sa force.

Ensuite, un type s’est fait exploser. Il y avait des grenades explosant de partout. On pensait que l’église allait s’effondrer sur nous. Ils avaient tellement de munitions. Aux premières heures, les balles sifflaient de partout. Je type s’est adressé au Syrien qui lui a répondu «Tant pis, utilise les grenades». Dans la sacristie où était ma mère, avec le Révérend Raphaël et un grand groupe de gens, environ  80 personnes dans cette petite pièce, ils ont jeté des grenades. Je pensais ne jamais revoir maman vivante, dans un tel chaos. Je ne pouvais plus parler, mais Adam criait, je ne pouvais pas le tirer vers moi et le type l’a tué. Adam était épuisé, puis il est resté tranquille. Il était épuisé, il avait crié «assez, assez», pendant 3 heures. Le terroriste était tout près de lui.

Traduction par Marie pour Poste de veille



Categories: Islamisme

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: