N’ajustez pas votre écran! Radio-Canada s’excuse de dire n’importe quoi sur Israël

N.B. Les extraits vidéos ont été retirés de ce billet à la suite de menaces de poursuite de la part de Radio-Canada.

Le 15 octobre 2010, l’animateur vedette de Radio-Canada Simon Durivage a comparé Israël au Soudan et à l’Iran dans une tentative de faire porter au soutien du Canada pour l’unique démocratie au Moyen-Orient la responsabilité de la défaite du Canada au vote pour un siège temporaire au Conseil de sécurité.

Le 26 novembre dernier, Simon Durivage a reconnu qu’Israël est une démocratie qu’on ne saurait comparer à des pays comme le Soudan ou l’Iran et a présenté ses excuses en ondes:

L’ombudsman de Radio-Canada a jugé que “ce rapprochement entre Israël, l’Iran et le Soudan constitue une erreur sur le plan journalistique”.



Categories: Médias

Tags: ,

16 replies

  1. @James Nelson: pour les “prisonniers” (en fait, des gardiens de prison allant à la rescousse des prisonniers), le péché est effectivement véniel. Le problème est: une accumulation de péchés pour la plupart véniels, mais qui penchent tous dans la même direction: donner le bénéfice du doute aux Palestiniens; introduire des aspects plus ou moins malveillants envers Israel.

    Quant au Double Standard, un exemple parmi des centaines: la plus grande couverture médiatique de l’attaque israélienne sur les terroristes du camp de réfugiés de Jénine (seulement 10 % du camp a été détruit, mais on a eu droit à des commentaires du type “horrendous beyond belief” de la part d’un haut placé de l’ONU) par rapport à celle de l’attaque libanaise sur le camp de réfugié de Nahr El Bared (100 % du camp a été détruit en 2007; les 27 000 palestiniens de ce camp sont toujours des sans-abris; pas de “horrendous beyond belief” de la part de haut-placés de l’ONU).

  2. @James Nelson: “démoniser” ou”diaboliser” (qui est sans doute plus accepté en français normatif) signifie: “présenter quelqu’un ou quelque chose comme maléfique ou pervers” (Larousse 2000). Il n’y a pas d’allusion directe au diable ou au démon!

    Nos médias ont souvent des réflexes malveillants envers Israel. C’est sans doute ce réflexe qui a fait comparer Israel à l’Iran et au Soudan (Durivage), et qui a fait conclure certains journalistes qu’un autobus israélien connecté à une prison ne peut contenir que des prisonniers. C’est ce même réflexe qui rend nos médias habituellement très sceptique face à toute information provenant de l’armée israélienne, mais très ouvert à toute information provenant d n’importe quel activiste ou ONG à Gaza…

    En plus du réflexe de diabolisation, il y a aussi des réflexes de délégitimation et de double standards qui déforment l’approche de plusieurs de nos médias envers Israel.

    Cela se nomme les 3 D: diabolisation, délégitimation et double standard.

    • Va pour la démonisation, pas de démon, mais je vois pas en quoi le fait qu’un autobus remplis de palestinnien qui a un accident et dont les prisonniers brules donne l’air de pervers ou maléfique, sutout quand il est écris qu’on les évacuait. Qu’on les évacues ou qu’on envoie des gardiens pour les évacuer, l’intention est la même et n’a rien de maléfique. A moins qu’il y ai un passage qui m’échape qui laisserais entendre que les prisonniers ont été bruler intentionnelement??

      Pour le reste, quand l’armé tus des gens, faut le dire ou pas?? Si une femme musuleman se fait lapider les média en parle, mais si Israel bombarde le sud du Liban on garde le silence, si des otages sont capturer en Mauritanie par Al qaida Magreb on en parle, mais le blocus de la bande de Gaza, on ferme les yeux. Des massacre au Darfour on présente, mais le père dans un coin de rue qui tient son enfant dans ses bras sans arme et qui se fait tuer, faut pas voir. Si l’information était présenté comme ça, c’est mieux, non?

      Si vous ne pouvez pas admettre qu’à l’occasion Israel commait des actes qui lui valent des reproches et que chacune de ses actions est justifié comme le prétend l’armée, alors je crois qu’à vos yeux il y aura toujours un double standard. Si vous pouvez pas m’expliquer en quoi le fait que des prisonniers qu’on évacue fais paraître plus mal Israel que des gardiens envoyé pour évacuer, alors vous verez toujours un double standard. Honnêtement, la nouvelle c’est que 40 PERSONNES sont mortes parce qu’il y a un immense feu de forêt. Il y a rien là qui puisse me faire dire qu’on parle contre Israel.

      Et pour en revenir à Simon Durivage, moi je suis près à reconnaitre que l’exemple était mauvais et inaproprié. Je doute que l’exemple soit aussi efficace avec les Américains, les Britaniques, les Allemands, les Français ou autre grande puissance occidental, plutôt qu’au Soudanais ou au Irannien. Parce que si chacun de ces pays avait mal agit, eux aussi on les aurait appuyé sans réserve. S’il y a un double standard, il est là, les puissants ne se font pas reproché leur action par la diplomatie des puissants, on ne tape que sur les petits. Et comparer Israel au petit, à ceux à qui l’on devrait faire des reproches, quel insulte.

      Il y a bel est bien un double standard, la diplomatie devrait dénoncer (ou au moins dire que c’est regrettable) toutes attaques fait par n’importe quel état sur des civils innocents. Je ne dis pas ici que tous les civils sont innocents, mais que ceux qui le sont n’ont pas à être tué en dommage collatéraux. Si la diplomatie ne le fait pas, il y a raison de s’intéroger et de poser la question. Et c’est ce que monsieur Durivage voulais faire selon moi. Maintenant, je reconnais à nouveau que ce n’était pas la bonne manière de le dire et il s’est excusé. J’aimerais pouvoir me joindre à un groupe qui force le gouvernement Israellien à reconnaitre ses tors aussi à l’occasion. Mais sans doute penser vous que le gouvernement Israellien n’a jamais tort.

  3. Un 2ème article de cyberpresse est présenté ce matin sur l’incendie. On note que:

    “Au moins 41 morts ont été recensés, selon le dernier bilan, dont 36 gardiens de prison à bord d’un bus pris au piège des flammes, selon les services médicaux.”

    Mais on omet de dire que cet autobus se dirigeait vers une prison menacée par l’incendie, afin d’en évacuer les prisonniers. L’agence France-Presse ne s’intéresse aux contextes, habituellement, que s’il peut être présenté de manière démonisante pour Israel. Mourrir en cherchant à secourir des prisonniers, dont un certain nombre sont palestiniens? Chut, vaut mieux que le lecteur ne le sache pas…

    http://www.cyberpresse.ca/international/moyen-orient/201012/03/01-4348822-feu-de-foret-mobilisation-internationale-pour-aider-israel.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B9_international_29810_accueil_POS3

  4. Le sous-titre de la photo de cyberpresse a été corrigé à 08h49 ce matin: avec un retard de 22 heures par rapport aux informations du prudent NY Times.

  5. A Radio-Canada et Cyberpresse: suggestion de titre lors de la prochaine mise à jour de votre article sur l’incendie en Israel:

    “40 gardiens israéliens morts calcinés pour avoir essayé de sauver la vie de prisonniers palestiniens”.

    N’ayez crainte: je ne retiens pas mon souffle!

  6. PS2: la photo et sans doute son sous-titre, bien sûr, vient de l’Agence France-Presse!

  7. PS: pourtant, l’article de cyberpresse avait été mis à jour à 13h43!

  8. A 14h14, on trouve toujours, dans l’article de cyberpresse, une photo dont le sous-titre est:

    “La carcasse de l’autobus transportant 50 prisonniers était complètement brûlée.”

  9. Radio-Canada a renouvelé son site web à 12h50. Le même type de photo demeure mais la nature du sous-titre (sous la photo) change du tout au tout.

    A 12h30 on déplorait en sous-titre la mort de “prisonniers”. Maintenant qu’on sait que les morts ne sont pas des prisonniers palestiniens mais des gardiens de prison israéliens, le drame humain ne touche plus Radio-Canada: le sous-titre ne remplace pas “prisonniers” par “gardiens de prison” (c’aurait été si simple!); on se concentre plutôt, et tellement moins émotivement, sur l’aspect “carcasse calcinée” de l’autobus”.

    “La carcasse calcinée de l’autobus donne un idée de la violence de l’incendie.”

    Quand un mort est palestinien, ou semble être palestinien, Radio-Canada s’intéresse aux êtres humains, les met en évidence; quand un mort est israélien, c’est la ferraille brûlée qui l’intéresse soudainement. Subtil, mais cela en dit très long sur l’approche radio-canadienne au Proche-Orient.

  10. Voici la dépêche démonisante de Radio-Canada telle qu’elle apparaissait sur leur site web à 12h30:

    ” Une quarantaine de personnes auraient été tuées en Israël à la suite d’un important feu de forêt qui ravage le massif du Carmel, près du port de la ville de Haïfa, dans le nord d’Israël. L’incendie aurait aussi fait de nombreux blessés, selon les services de secours israéliens.

    Selon l’agence Reuters, la majorité des victimes seraient des détenus d’une prison locale qu’on évacuait de la région à bord d’un autobus. L’autocar aurait été piégé par les flammes après s’être renversé sur la route en tentant de quitter la région.

    Selon la radio publique israélienne, citée par l’Agence France Presse, 50 prisonniers, possiblement des Palestiniens, se trouvaient à bord de l’autocar lorsque l’incident est survenu. Une quarantaine d’entre eux auraient trouvé la mort.

    Les détenus proviendraient de la prison de Damon, où sont gardés des Palestiniens détenus pour des raisons de sécurité ou arrêtés en Israël sans papiers.

    Des dizaines de familles d’un kibboutz ont aussi dû être évacuées en toute hâte pour échapper aux flammes qui se répandent rapidement dans les bois de la région. Outre la prison de Damon, une partie des bâtiments de l’Université de Haïfa et un hôtel ont aussi été évacués.

    Les flammes, qui progressent rapidement dans les collines, ont ravagé des centaines d’hectares de zones boisées. Les pompiers israéliens tentent toujours de maîtriser l’incendie.

    Radio-Canada.ca avec
    Agence France Presse et Reuters”

    A l’avenir, Radio-Canada devrait s’informer DIRECTEMENT à des sources provenant d’Israel avant de se fier à l’Agence France Palestine, pardon, Presse.

  11. 40 morts dans un autobus calciné en Israel: ce sont des prisonniers clament Radio-Canada et cyberpresse à 12h30 (nouvelle occasion de donner une nouvelle chance aux lecteurs de démoniser Israel en se demandant comment on a pu maltraiter ainsi des prisonniers sans doute palestiniens).

    Pourtant le NY Times savait depuis 10h 48 (de même que Haaretz et le Jerusalem Post) qu’il s’agissait de GARDIENS de prison essayant de prêter main-forte à l’évacuation de prisonniers.

    Vous allez voir à quel point le niveau d’émotion et de révolte va diminuer sur Radio-Canada (il faut lire les commentaires des internautes sur Radio-Canada pour voir la haine qui les anime) et à cyberpresse dès qu’on devra avouer qu’il s’agit de gardiens de prison, et donc d’Israéliens en bonne et due forme.
    Un sujet à suivre pour David, peut-être?

    Il aurait été si simple pour Radio-Canada et Cyberpresse d’être prudents en affirmant, par exemple, qu’il s’agissait d’un autobus se rendant à une prison ou en revenant. Mais non! Le réflexe démonisateur l’a emporté sur le journalisme de qualité.

    ((@David: veuillez bien effacer mon précédent, commentaire, car il contient un peu trop de fautes de frappe à mon goût. Je ne veux pas déparer votre blogue…))

    • Je ne suit pas certain de voir en quoi on démonise Israel si un autobus remplis de prisonniers palestinients calcine dans un incendie de forêt. Je n’est pas vu la première version, qui est rester assez longtemps que vous la lisiez, mais pas assez pour que j’en prenne connaissance, mais je doute qu ‘on disait que c’était volontaire de la part d’Israel.

      Pour ce qui est de démoniser Israel, je ne pense pas que nos médias veulent faire passer un pays pour le démon. C’est bien ce que veut dire démoniser?? Comme je suis d’accord qu’un appuis inconditionnel est sans doute exagérer, il faut aussi reconaitre que l’usage du démon a quité depuis longtemps la culture québécoise comme démonstrateur de ce qui est mal.

      De plus, j’ai bien l’impression que chaque attaque islamiste est rapporté dans les médias, suffisament du moins pour donner une impression assez négative de l’islam et des islamistes radicaux. Alors pourquoi, quand Israel attaque le sud du Liban, construit sont mur de protection sur des terres palestiniennes, attaque des voitures avec des hélicoptères pour tuer des dirigeants du hamas avec parfoit des domages colatéraux, ou quand il attaque la bande de Gaza ou arraisone un bateau et tue des gens, je ne devrais pas le savoir parce que c’est de la propagande???

      Appuie inconditionnellement??? Non, il y a des conditions, je peux en imaginer quelques unes, mais j’aimerais bien connaître officiellement celle du gouvernement, parce je suis certaint que malgré toute la propagande que vous voudriez bien dénoncer il existe une action que le gouvernement Israelien a poser et qui méritait de ne pas être appuyer et qui l’a quand même été. Si vous pouviez me publier une seul remaque de reproche du gouvernement Harper à Israel( ce qui devrait être facile puisque selon vvous les médias courrent après ces repproche), je serais heureux de savoir que mon gouvernement n’est pas totalement vendu.

    • Je viens d’ailleur de me souvenir d’une série de reportage sur Israel où l’on ventait leur sens de l’entreprise et à quel point il était créatif et que le Québec devrait s’en inspirer. Dans quel journal pro-Israelien c’était déjà? A oui, la Presse…

  12. Vous avez bien raison, Honorable, le “soutien inconditionnel” est devenu un tel lieu commun journalistisque que peu de gens ne le remarquent encore. Aussi est-il tout à fait faux de pretendre que la politique canadienne est inconditionnellement pro-israelienne sous les conservateurs. De fait, le liberal Bob Rae est le premier a faire remarquer que la politique canadienne sur le conflit n’a pas change d’un iota sous Harper. Ce qui a change, c’est l’opposition active du Canada au denigrement d’Israel. Et c’est ca qui semble le plus deranger beaucoup de journalistes.

  13. “Le gouvernement Harper appuie inconditionnellement Israel”, affirme Simon Durivage pendant ses EXCUSES.

    Quel cliché journalistique complètement faux. M. Durivage devrait s’excuser d’une telle expression si fréquente chez la confrérie journalistique.

    En effet, le gouvernement Harper n’appuie pas inconditionnellement Israel. Si Israel se comportait comme le Hamas, l’Iran, ou le Soudan, le gouvernement Harper ne l’appuierait pas du tout. En fait, le gouvernement Harper n’appuierait même pas Israel s’il se comportait comme l’ Autorité Palestinienne (voir les déficits en démocratie, en liberté de presse, en transparence, en justice indépendante des législateurs qu’on note chez l’Autorité palestinienne).

    Le soutien du gouvernementn canadien à Israel est donc éminemment CONDITTIONNEL, contrairement à ce que la clique médiatico-journalistique nous radote depuis 45 ans.

    Ce que le gouvernement Harper soutient inconditionnellement, et avec raison, c’est la lutte contre la rhétorique anti-israélienne.

    Au Proche-Orient, un seul groupe reçoit le soutien inconditionnel de centaines de millions de personnes: les Palestiniens. Peu importe leur turpitudes, leur terrorisme, la corruption de leur société, ils reçoivent un soutien inconditionnel de tout ce qui est gauchiste ou islamiste. Tout leur est pardonné au nom de leur statut de « victime »!

    Personne ne soutient inconditionnellement Israel, et c’est sain. Mais tous devraient soutenir inconditionnellement la lutte contre l’antisémitisme, la judéophobie, l’antisionisme et la rhétorique anti-israélienne.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: