La convergence entre la gauche radicale canadienne et les islamistes progresse

26 avril 2007 (Article mis à jour le 8 mai 2007)

Lors du conflit entre le Hezbollah et Israël de l’été dernier, de nombreux Canadiens et Québécois ont assisté avec étonnement à des manifestations anti-israéliennes où se solidarisaient partisans du Hezbollah et militants du mouvement “anti-guerre” autour des mêmes slogans haineux. Une conférence internationale tenue au Caire du 29 mars au 1er avril derniers permet d’éclairer les liens idéologiques étroits qui unissent le mouvement “anti-guerre” et les islamistes radicaux.

Dernières nouvelles (8 mai 2007)Le Ottawa Citizen donne suite aux informations révélées par Judéoscope; Steve Madely, de la populaire station de radio Ottawa CFRA, conduit une entrevue avec le journaliste du Ottawa Citizen.

Dernières nouvelles (1er mai 2007): La déclaration finale de la 5e Conférence du Caire est disponible. Elle appelle notamment à “appuyer et renforcer l’unité de la résistance (le Hamas sunnite et le Hezbollah chi’ite contre le projet impérial unifié)”, à “bâtir des ponts entre la gauche et les mouvements islamiques”, à soutenir le droit des peuples à la technologie nucléaire pour fins pacifiques (c’est-à-dire défendre la militarisation nucléaire de l’Iran voué à la destruction d’Israël) et au désarmement nucléaire d’Israël.

Lors du conflit entre le Hezbollah et Israël de l’été dernier, de nombreux Canadiens et Québécois ont assisté avec étonnement à des manifestations anti-israéliennes où se solidarisaient partisans du Hezbollah et militants du mouvement “anti-guerre” autour des mêmes slogans haineux. Une conférence internationale tenue au Caire du 29 mars au 1er avril derniers permet d’éclairer les liens idéologiques étroits qui unissent le mouvement “anti-guerre” et les islamistes radicaux.

En effet, des représentants de la gauche internationale et canadienne ont répondu à l’appel de la 5e conférence annuelle du Caire sur le thème Vers une alliance internationale contre l’impérialisme et le sionisme “à appuyer inconditionnellement toutes les forces de la résistance contre l’impérialisme et le sionisme en Palestine, en Irak et au Liban”.

Le journaliste canadien Eric Walberg* signalait récemment dans l’édition hebdomadaire anglaise du quotidien égyptien Al-Ahram que cette conférence fut l’occasion de constater “la collaboration croissante au sein du monde musulman entre la gauche anti-mondialisation et les musulmans”.

Musulmans, qui, en l’occurrence, étaient représentés par:

  • Moussa Abu Marzouk, numéro deux du politburo du Hamas, qui a lancé un appel à “l’unité entre musulmans du monde arabe contre ceux qui veulent soulever les Arabes contre l’Iran”;
  • Ali Fayad, membre du politburo du Hezbollah, qui a déclaré que “le Hezbollah et la résistance libanaise voient que les combattants laïques au Venezuela et dans d’autres parties du monde, laïques ou chrétiens, sont plus près de nous que les musulmans ou les Arabes qui collaborent avec l’impérialisme”;
  • des dignitaires des Frères musulmans;
  • Abu Omar, membre de la Jamaat al-Islamiya, l’organisaton islamiste responsable du massacre de 71 touristes à Luxor en 1997.

La gauche, célébrait Walberg dans son reportage, “est enfin en passe de surmonter sa résistance traditionnelle au conservatisme de l’islam, et, pareillement, les musulmans se rapprochent de la gauche – l’Égypte, avec le rôle prééminent joué par les Frères Musulmans dans la conférence et le Hezbollah qui a joué un rôle central dans une conférence anti-impérialiste semblable à Beyrouth, en novembre dernier, en sont des exemples patents.”

James Clark, membre de l’exécutif de la Canadian Peace Alliance, une organisation virulemment anti-israélienne et dominée par des trotskistes qui noyaute le mouvement “anti-guerre” canadien, aurait juré, selon Walberg, que “le mouvement pacifiste canadien, inspiré par la résistance arabe au Liban et en Irak, travaillerait avec les musulmans pour vaincre l’impérialisme”.

Walberg n’a pas précisé en quoi Clark estime que des “pacifistes” pourraient être inspirés par une milice terroriste chi’ite au service des ambitions hégémoniques de la théocratie iranienne en voie de nucléarisation ou par des djihadistes sunnites qui massacrent quotidiennement les civils irakiens chi’ites à coups d’attentats aux bombes de chlore. Il faut dire que la Canadian Peace Alliance soutient le très pacifique programme nucléaire du régime iranien voué à rayer de la carte l’État d’Israël.

Un autre Canadien, identifié seulement comme “Ali” aurait, selon la retranscription d’un reportage vidéo de l’agence de presse Reuters, apporté un soutien encore plus explicite à la violence djihadiste qui déstabilise le Moyen-Orient et l’Asie Centrale en se prononçant en faveur d’“un droit absolu à toute forme de résistance nécessaire, y compris la résistance militaire, que ce soit en Palestine, au Liban, en Irak, en Afghanistan […]”.

Un vidéo-clip annonçant le debriefing prochain de la délégation canadienne à Toronto montre un certain Ali Mallah, quelques jours après la conférence du Caire déambulant dans un quartier du sud de Beyrouth dominé par le Hezbollah.

Ali Mallah est vice-président du conseil torontois du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) [dont la branche ontarienne a adopté en 2006 une série de résolutions anti-israéliennes], membre de l’exécutif de la Canadian Peace Alliance et vice-président de la Fédération canado-arabe. Le SCFP collabore formellement avec la Canadian Peace Alliance

Le khomeinisme célébré à Toronto

et finance sur une base annuelle ses activités. Mallah a signé à titre de vice-président de l’aile ontarienne du Nouveau Parti Démocratique (NPD) la Déclaration finale de la 1ère Conférence du Caire de 2002 qui appelait à “envoyer des boucliers humains en Irak”. Mallah a également participéavec le soutien du SCFP à la 4e Conférence du Caire dont la déclaration finale soutient la “résistance” du Hamas et refuse expressément de condamner les attentats-suicides. Alors que l’été dernier, le Hezbollah lançait le Liban contre le gré de sa population et de son gouvernement dans une aventure guerrière contre Israël, Mallah a critiqué sur les ondes d’une station de radio torontoise la classification canadienne du Hezbollah comme organisation terroriste.

Une autre déléguée canadienne, Suzanne Weiss, collaboratrice au Socialist Voice publié par le marxiste canadien John Riddell, a discuté de l’Holocauste et de la défense des Palestiniens. Weiss opine que le racisme sous-jacent au génocide nazi des Juifs d’Europe est imputable à “l’impérialisme euro-américain” et fait l’apologie du négationnisme iranien.

De retour du Moyen-Orient, des membres de la délégation canadienne à la conférence du Caire entendent poursuivre au pays la “collaboration” entre la gauche et les islamistes. Du 10 au 13 mai prochains, l’organisation International Socialists, dont plusieurs membres de l’exécutif sont également membres de la Canadian Peace Alliance, présentera un colloque intitulé Marxism: A Festival of Resistance.

La première séance du colloque aura pour thème: Bâtir l’unité entre musulmans et la gauche. Participeront, entre autres, à cette séance:

  • Ausma Malik, vice-présidente de l’Union des étudiants de l’Université de Toronto, qui a collaboré à un rapport de la Fédération canadienne des étudiants qui décrit le climat des universités ontariennes comme étant hostile aux musulmans. Malik recommande, entre autres mesures correctives, que les activités universitaires prennent en compte la prescription islamique sur l’alcool.

On notera, par ailleurs, la participation de la cofondatrice de Québec Solidaire, Françoise David, à ce colloque.

Que faudra-t-il donc pour que les membres du SCFP et la gauche authentiquement démocrate et progressiste, pro-palestinienne ou non, mais inconditionnellement opposée au sexisme, à la xénophobie, à l’intolérance religieuse, au racisme et à la violence dénoncent la dérive de cette gauche réactionnaire qui fait ouvertement cause commune avec les éléments les plus rétrogrades et les plus violents du monde musulman en guerre avec les fondements mêmes de la civilisation occidentale?


* Eric Walberg, qui écrit sous les pseudonymes Simon Jones et Gordon Logan, est un communiste canadien qui contribue fréquemment des articles à des publications gauchistes telles que le Peace Magazine de Toronto. Récemment expulsé d’Ouzbékistan et vivant aujourd’hui en Égypte, Walberg publie des diatribes antisémites sur plusieurs sites web. Il a contesté, par exemple, la teneur de l’article sur l’antisémitisme de Wikipédia, soutenant que les Juifs sont responsables de la persécution séculaire dont ils ont été l’objet. Ailleurs, sur un site négationniste australien, Walberg, alias Logan, soutient qu’Adolf Hitler était une “marionnette sioniste”. Walberg, alias Simon Jones, soutient aussi la restauration du califat, un État supranational régi par la loi canonique islamique, tel que revendiqué par les islamistes extrémistes du Hizb ut-Tahrir.



Categories: Archives judeoscope.ca, Islamisme

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: