La présidente du lobby islamiste CAIR élue au comité de direction de l’Association canadienne des libertés civiles

Archives judeoscope.ca

La présidente du lobby islamiste CAIR élue au comité de direction de l’Association canadienne des libertés civiles

David Ouellette
19 août 2004 

Sheema Khan, qui cumule déjà les fonctions de présidente de l’antenne canadienne du Council on American-Islamic Relations (CAIR) et de chroniqueuse au prestigieux quotidien torontois, le Globe and Mail, a été élue pour un mandat de deux ans au comité de direction de l’influente Association canadienne des libertés civiles.

L’Association canadienne des libertés civiles (ACLC) a été fondée en 1964 à Toronto par des citoyens préoccupés par un projet du gouvernement ontarien octroyant plus de pouvoirs à la police, un motif qui se conjugue bien avec le militantisme de CAIR qui, au Canada comme aux États-Unis, exerce des pressions sur les autorités pour réduire les pouvoirs de agences gouvernementales et de la police dans leur lutte contre-terroriste.

Constitué comme organisation de défense des libertés civiles des musulmans aux États-unis, CAIR a été fondé en 1994, à Washington, par des membres de l’Islamic Association for Palestine (IAP), un groupe créé par un leader de l’aile politique du Hamas, Mousa Abu Marzook, expulsé par les États-unis, en 1997, vers la Jordanie. CAIR compte plus de 22 chapitres en Amérique du Nord, dont l’antenne canadienne établie à Ottawa. Selon plusieurs experts américains, CAIR recevrait des fonds d’Arabie Saoudite de la World Assembly of Muslim Youth (WAMY), une organisation internationale financée par le gouvernement saoudien.

La branche canadienne de CAIR jouit malgré ses origines ouvertement islamistes du respect des médias anglophones. Depuis 2002, le prestigieux « Globe and Mail » a ainsi publié des dizaines de billets d’opinion de membres de CAIR et a embauché sa présidente Sheema Khan comme chroniqueuse régulière en 2004.

CAIR dénonce systématiquement comme liberticides les interrogations et les arrestations d’individus soupçonnés d’activités ou de liens terroristes. Bien que ses dirigeants condamnent généralement les actes terroristes, ils justifient les attentats contre les civils israéliens. Récemment, CAIR a appuyé la création d’une cour d’arbitrage fondée sur la charia en Ontario. Cette cour d’arbitrage inquiète profondément les musulmanes du Canada et est dénoncée par le Conseil canadien des femmes musulmanes qui craignent être soumises à une jurisprudence où les femmes ont un statut inférieure aux hommes. L’élection de Sheema Khan, une partisane de la cour islamique à la direction du ACLC est un soufflet aux femmes, aux musulmans modérés et progressistes du Canada, ainsi qu’à tous les Canadiens attachés au sens véritable des libertés civiles.



Categories: Archives judeoscope.ca

Tags: ,

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: